Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 08 décembre 2022

Auteur : Silène Edgar

La Rochelle, Paris, Tahiti : Silène Edgar a roulé sa bosse un peu partout. Aujourd’hui, elle vit à la campagne du côté de Guérande, où elle cultive son potager bio - une vie de professeur de Français en collège, de chroniqueuse de bouquins avec le site « Callioprofs », et d’écrivain. Sous différents pseudos, elle écrit pour la jeunesse avec la trilogie d'anticipation Moana, et des romans historiques : 14-14, un roman écrit à 4 mains avec Paul Beorn et qui obtenu le prix Gulli 2014, et Le Manoir en folie. Elle écrit aussi des textes pour adultes : des nouvelles Les Moelleuses au chocolat, du sérieux, Fortune cookies et du burlesque, Féelure. En 2015, elle publiera un roman qui lui tient très à coeur, Adèle et les noces de la reine Margot, toujours chez Bragelonne.

Articles récents

5 juillet

Sans un bruit, Daphné entrouvre le lourd rideau de velours rouge qui sépare le salon de la boutique. Petite et menue, elle semble avoir six ans plutôt que dix et ses sages anglaises donnent d’elle une image d’ange quand elle est plus souvent petit démon. Vive et gaie, elle crie, court, saute et gigote tant que son ombre n’a pas le temps de suivre. Le seul moment où sa mère la voit calme et tranquille, c’est le 5 juillet, quand elle s’assoit sur le tabouret du studio de son père, comme si elle prenait la pause pour la photo. Là, …continue reading

29 juin

L’étendue de pierres, immense, déserte sous cette lune pâle, s’étend juste en face de la passe du lagon, au bout d’une la langue de terre sacrée. Aucun bruit ne trouble l’incroyable silence qui s’est abattu sur le marae le plus sacré de Polynésie. Nul n’ose s’approcher, aucun pêcheur sur son va’a , pas un chasseur dans la forêt. Même les animaux semblent respecter le tabou de Taputapuatea, le marae le plus sacré, le berceau des dieux et en particulier du dieu Oro. C’est lui qui soudain perce le voile de silence en poussant une plainte déchirante. Une plainte d’animal blessé. …continue reading

18 mai

(Discret bruit de pet) ANITA : C’est dégueulasse. T’es vraiment un porc ! STEVEN : Maman !! Anita, elle m’a traité de porc ! ANITA : Mais Maman, il a encore pété ! C’est plus possible, j’en ai ras le cul ! MAMAN : Anita ! Mais c’est quoi, ce langage ? Tu apprends ça à l’école ou quoi ? Va dans ta chambre ! ANITA : Mais Maman… ! (Bruit de pet) Oh ! Toi, jeune homme, va péter dans ta chambre ! ANITA : Ouais, tu schlingues ! MAMAN : Anita ! ANITA : Nan, mais c’est vrai …continue reading

9 mai

Sur la table des cartes, s’étalait un plan de la région de Meggido, au débouché des passes du mont Carmel, carrefour d’importantes pistes menant vers la côte méditerranéenne et la Mésopotamie. Un magnifique serpent de bois, sculpté dans l’ébène, marquait la position de l’armée de Pharaon. Il y avait trois routes possibles pour atteindre Megiddo depuis Yehem. La route du nord, par Ziftah, et la route du sud, par Taanakh, obligeaient l’armée à avancer en terrain découvert. En revanche, la route du milieu… « Vous ne devriez pas passer par là, c’est suicidaire ! — Ce passage est le seul …continue reading

2 avril

Sœur Sandrine, de son vrai nom Cindy, était entrée dans les ordres à peine quelques mois plus tôt, poussée par une mère dévote. Cindy n’avait pas vraiment la vocation, mais elle était docile et avait pris le voile sans rechigner. Son seul regret avait été d’abandonner son prénom, qui la faisait rêver, plus jeune, à un destin d’étoile hollywoodienne. « Sandrine, ça fait plus sérieux. Et plus français. » Après qu’elle eût appris à chanter un nombre impressionnant de cantiques, recluse dans la solitude de sa cellule, on lui trouva une occupation ; on l’envoya à la bibliothèque. Jamais elle …continue reading

23 mars

« Tu le crois, toi ? — Comment ne pas le croire ! Tous les oracles sont d’accord ! Le Monolithe l’a dit ! — Mais le Grand Disque aurait pu tenter quelque chose ! — Floyd ? Tenter quelque chose ? Mais mon pauvre Dave, il n’y a rien à faire, c’est la fin, voilà tout ! Nous en avons bien profité et c’est fini… Quinze ans… C’était le bonheur, non ? — Oui… non ! Non, je ne veux pas mourir ainsi, réduit en cendres, atomisé ! J’ai encore des choses à vivre, moi, Frank, tu comprends ça …continue reading

27 février

Il est des feux gourmands qui, allumés par l’homme, se gorgent de puissance et se font voraces, détruisant dans leur fol appétit des bois chenus, des forêts antiques et leurs mystères enfouis. Quel que soit le festin, ils finissent par être vaincus et disparaissent alors complètement, jusqu’à la plus petite flammèche. Mais il en est aussi de plus sombres qui, une fois créés, ne s’éteignent plus, quoiqu’on fasse, car ils se nourrissent non d’air, de bois ou de chair, mais de misère et de haine. Ils font brûler des pays, des cultures, des peuples même. Ce sont les feux-démons. Le …continue reading

5 février

« Va ranger ta chambre, tu as mis des bouts d’or partout, peste Thétis. — Ce ne sont pas juste des bouts d’or, ce sont des morceaux de ma nouvelle invention, pérore Héphaïstos. — Eh bien, range ta nouvelle invention ! — Non, affirme le petit garçon, buté. — Tu veux que j’en touche un mot à ton père ? — M’en fiche, il descend jamais me voir, pis c’est pas mon père de toute façon… — ça suffit maintenant ! s’insurge la Néréide, on ne parle pas comme ça de Zeus, non mais tu es fou ou quoi ! …continue reading

14 janvier

La neige étouffait les bruits ce matin-là, elle était tombée, épaisse, sur la petite ville de Guilford. Le matin était blême, le ciel blanc et ce fut sans bruit que les chevaux ouvrirent la route du cortège funèbre. Noirs comme la nuit, tirant un chariot tout aussi sombre qu’eux, ils avançaient d’un pas lourd, comme s’ils portaient le poids du monde sur leur dos. Une famille les suivait, la sœur, son mari, quelques-uns des proches, et des collègues, des professeurs d’Oxford qui étaient venus par le train. Tous accompagnaient dans le plus grand silence ce cercueil étroit. Un mauvais rhume, …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com