Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 24 novembre 2017

Auteur : Aude Reco

contact@aude-reco.com'

Articles récents

21 décembre

Cette nuit-là, quand minuit sonna à la petite église du village, le vent forcit et la neige redoubla d’intensité. Et quand le vent tomba, au petit matin, les chaussettes apparurent, remplies de neige, à la lueur des bougies. Cette fois, nul présent pour récompenser les sages et pas de cendres pour les mauvais agissements des autres. Que cette poudreuse immaculée, qui ne fondait pas à la chaleur. Qui ne fondit jamais et marqua le début d’un hiver éternel. 21 décembre : célébration de Yule, le solstice d’hiver (peut tomber entre le 20 et le 23 décembre).

26 novembre

Charles effleura la surface du miroir convexe de sa paume. Un frisson descendit le long de sa colonne vertébrale. Pas l’un de ces frissons glacés, de peur ou de malaise, mais d’agitation. Son reflet grossi et ratatiné suivit son mouvement à la perfection, et à côté, un autre tout aussi gros et ratatiné observait la scène. Parfaitement identique. Les mêmes cheveux noirs et lèvres fines. Et ce regard pensif, constamment happé par quelque idée ou formule mathématique. Puis ce second personnage l’imita. — Curieuses images, je vous appellerai… Il réfléchit. — Tweedledum et Tweedlee. 26 novembre 1868 : Charles Dodgson, …continue reading

30 octobre

Un vent de panique secoua les États-Unis qui, encore quelques secondes auparavant, écoutaient tranquillement la radio. Ils attaquaient. Cette fois, c’était la fin. Bientôt, l’ombre de leur vaisseau gigantesque recouvrirait le pays. Même le journaliste venait d’annoncer une pause dans son bulletin d’informations. Pour se mettre à l’abri. Le fourbe ! Il se planquait, alors que ses auditeurs avaient besoin de savoir. 30 octobre 1938 : La guerre des mondes d’H. G. Wells est diffusé à la radio, écrit et raconté par Orson Welles. Une légende raconte que les habitants ont cru à une véritable invasion extraterrestre.

5 octobre

— Mmh, et quel est le petit malin qui a donné ce nom à ce foutu astéroïde ? retentit une voix caverneuse venant d’en haut. Dans l’assemblée, on échangea moult regards et murmures, tantôt inquisiteurs, tantôt circonspects. Ce bonhomme, cet astronome méritait bien que l’on nomme sa découverte de son nom, hein ? — En admettant que cet hommage soit justifié… Merde, quoi ! Votre gaillard a cassé sa pipe il y a 102 ans, alors soyez sympa et corrigez-moi ça. En plus, personne ne se souvient de ce William Lassell. Moi-même, j’ai dû ouvrir une encyclopédie pour… — On …continue reading

8 septembre

Tassée dans un coin d’ombre, la silhouette guettait l’ouverture de la porte. De l’autre côté, l’atmosphère était fébrile. Ils avaient parlé d’un grand jour. Humains stupides ! Qui croirait que de tels esprits étriqués fussent capables de créer une telle série ? De la science-fiction ? Vraiment, quelle ignorance… C’en devenait presque risible. Ces voleurs de souvenirs ne valaient rien et leur œuvre, appelée à voir défiler des épisodes inégaux, n’était que supercherie. Supercherie ! L’avoir forcé, lui, à révéler ses aventures passées… Comme si ces gens étaient doués d’une telle imagination, foutaises ! L’homme, pour ainsi dire, rumina longuement …continue reading

14 août

Assise de l’autre côté du plateau de jeu, la femme esquissa une moue. Malgré une armée forte de trois mille hommes et deux cent cinquante Indiens, elle doutait de sa capacité à tenir un siège. Sur les trois forts de l’homme installé en face d’elle, un seul était encore actif, sur la rive est. Son adversaire avança sa trentaine de canons en la défiant du regard. C’est ça, mon mignon… Il se débrouillait bien, mais n’avait pas l’avantage du nombre. La femme, elle, se reposait un peu sur ses lauriers et surtout, sur la guérilla menée par ses Indiens, sur …continue reading

21 juillet

— Attribuez-lui un visage doux, mais un feu prêt à naître dans le regard. Il devra susciter crainte et admiration, et forcer le respect. La femme donnait ses directives au sculpteur. Au façonneur, plutôt, car il ne se contentait pas de créer des visages et des corps de bronze, mais bien de fabriquer des vies à travers ses sculptures. — Il deviendra un grand homme, poursuivit la femme. Dans des siècles et des siècles, on parlera encore de lui, de son tempérament et de sa générosité. — Ah, grimaça l’homme en suspendant son ouvrage. Parce qu’il doit être généreux, aussi …continue reading

25 juin

Le bébé crie. L’air moite du Raj britannique est inconfortable, même pour l’entité qui couve le nourrisson d’un regard mi-bienveillant, mi-circonspect. Saura-t-il vraiment accomplir ce pour quoi elle-même le destine ? Surtout en une vie si courte… L’entité soupire et s’évente comme elle peut. Si son grand frère devait détenir le contrôle, c’en serait fini des Hommes. Elle sait qu’il guette le petit Eric. Il parle aussi cette étrange langue, faite de concepts morts, effacés, balayés. Lasse d’attendre dans cette touffeur infernale, l’entité se penche sur le berceau d’Eric. Il a senti la présence du grand frère, qui patiente dans …continue reading

30 mai

Jeanne n’était plus. Les flammes avaient léché les vêtements de son cadavre bien visible au public, depuis la plus haute des trois estrades. Peu convaincu qu’on ne réutilise pas le corps dans un but de sorcellerie ou pour un quelconque culte, on ordonna une deuxième crémation. La boîte crânienne éclata, ainsi que l’abdomen. Des boyaux partout, une salade de cervelle et de sang sur les spectateurs, englués dans leurs cheveux, parfois tombés dans une bouche ouverte. On se bousculait, à présent. C’était à celui qui amasserait le plus de tripes pour s’en repaître. Une lueur insolente dansait dans les regards. …continue reading

8 avril

— Frères humains qui après nous vivez, n’ayez les cœurs contre nous endurcis, car si pitié de nous pauvres avez, Dieu en aura plus tôt de vous merci. Le dos droit et le regard fier, le poète déclamait ses vers en y croyant dur comme fer, alors qu’au gré du vent se dandinait la corde qu’on lui passerait bientôt autour du cou. — Si vous pouviez vous magner, s’étrangla une voix féminine dans son dos. On n’a pas toute la nuit ! L’homme ôta son chapeau et le porta devant la poitrine un instant, pensif. — Qu’avez-vous dit que vous …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com