Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 21 juillet 2017

Archives mensuelles : octobre 2016

31 octobre

« Pas une bonne idée d’avoir coupé par là… » L’œil attentif entre ses bandelettes de momie, Lenny considère le parc, dans le crépuscule finissant. Les ombres sont trop denses sous les arbres, entre les tombes. À part eux quatre, personne n’est en vue dans le Machpelah Cemetary – pourtant situé à Glendale, Queens, au cœur d’une des villes les plus peuplées au monde. Gus, zombie approximatif, rétorque à mi-voix : « Si t’avais pas passé trois plombes à t’enrouler dans ces trucs, non plus… — Magnez-vous ! » Zach secoue la tête, faisant volter ses tentacules de Cthulhu façonnés …continue reading

30 octobre

Un vent de panique secoua les États-Unis qui, encore quelques secondes auparavant, écoutaient tranquillement la radio. Ils attaquaient. Cette fois, c’était la fin. Bientôt, l’ombre de leur vaisseau gigantesque recouvrirait le pays. Même le journaliste venait d’annoncer une pause dans son bulletin d’informations. Pour se mettre à l’abri. Le fourbe ! Il se planquait, alors que ses auditeurs avaient besoin de savoir. 30 octobre 1938 : La guerre des mondes d’H. G. Wells est diffusé à la radio, écrit et raconté par Orson Welles. Une légende raconte que les habitants ont cru à une véritable invasion extraterrestre.

29 octobre

Le Pauvre Martin aperçoit sa Venus callipyge sur un banc public : la brave Margot. Il hésite : elle a mauvaise réputation… Que vont dire les passantes ? Et les copains d’abord ? Et puis le temps ne fait rien à l’affaire : il pense à Fernande… Malgré l’orage, il se lance : – Bonjour, je crois que j’ai rendez-vous avec vous ! 29 octobre 1981 : Mort de Georges Brassens

28 octobre

Je suis une petite fleur comme les autres, née de la rencontre d’une graine et de la terre. Très jeune, j’ai été accueillie par une charmante petite famille. Enfin, c’est du moins, ce que je croyais. Les années passant, j’ai commencé à manquer d’air. Je me sentais à l’étroit et il arrivait que je perde une fois ou l’autre quelques pétales. Mais je m’y faisais. Je passais mes journées à admirer l’horizon avec sa belle grande dame verte qui y trônait et ça m’occupait. Tout a cependant changé avec l’arrivée de Chloé. Au départ, nos rapports ne furent pas très …continue reading

27 octobre

L’Oracle venait de mélanger l’eau et l’huile dans le calice. Elle commença à psalmodier l’incantation rituelle. Ses yeux devinrent blancs, sa tête bascula en arrière. Sa vision débutait. Les sénateurs, emmitouflés dans leurs toges, assistèrent à la scène. Bien qu’habitués, voir un Oracle en pleine transe les impressionnait toujours. Après quelques minutes, la vision s’acheva. Les yeux de l’Oracle retrouvèrent leur couleur ambré. — Alors ! Parle Oracle. Dis-nous ce que tu as vu. — Le présage est néfaste. Les signes ne trompent pas ! Si vous ne prenez pas garde, vous serez vaincus et Rome sera couverte de honte. …continue reading

26 octobre

«Qu’est-ce que tu prépares, Gepetto ?» interroge le criquet en sautillant autour du vieux menuisier. Celui-ci choisi avec soin une planche, ferme un œil pour en vérifier l’absence de courbure, passe sa main rêche d’un geste tendre le long des fils du bois, mais ne répond pas. «–Si tu fais un nouveau pantin, je doute que la fée bleue puisse lui donner vie… –Non, non, pas de petit garçon, pas de vie, je suis trop vieux pour ça… –Ça n’est pas un bateau ? Tu as pris beaucoup de risques en bateau la dernière fois !.. –Non, non, pas de …continue reading

25 octobre

— Une feuille de brouillon, vite ! — Non. Interdit, le scientifique fixe son assistant. — Comment ça, non ? — Journée sans papier, pas de feuille de brouillon. Le scientifique fulmine, ronchonne et surgit hors du laboratoire à grands coups de talons. Le temps qu’il atteigne son ordinateur, l’illumination a fui son esprit. Autant pour l’invention de la téléportation. Elodie Serrano 25 octobre 1555 : Charles Quint, épuisé d’appeler ses serviteurs pour être dépanné du papier dont il manquait, terrassé par une courante mutée en galopante, se décide à laisser le trône, sale et honteux. Anthony Boulanger Aujourd’hui devait …continue reading

24 octobre

— Comment est-ce que tu t’appelles ? demanda l’inconnu, en allumant sa cigarette d’un air nonchalant. — François, répondis-je. L’homme eut un bref sourire en coin, l’air de ne pas me croire. J’étais habitué, je n’y prêtai pas attention. — Tu cherches un passage vers l’Angleterre, pas vrai ? Je commençai à nier, mais il enchaîna d’un air sûr de lui qui me fit paniquer. — Je te comprends. Cette poignée de main abjecte… Comment rester de marbre quand le fascisme occupe la rue et les ondes radios ? Impossible, pas vrai ? Je voulais partir, mais ma femme ne …continue reading

23 octobre

Une nouvelle fois, le Prince a refusé. Devant le Maréchal de Mac Mahon suppliant, Henri est inflexible : le drapeau de Louis XVI, ou rien. Le comte de Chambord se lève et tourne le dos au Président de la République. A ce moment, un coup de vent se lève à son tour et balaye les nuages et la pluie, provoquant l’apparition d’un bref arc-en-ciel. Ebloui, le dernier des Bourbons croit y voir un ordre de Dieu et fait Volte Face « Puisque Dieu le veut, je le serai ! » aurait déclaré le petit-fils de Charles X. Telle est en …continue reading

22 octobre

— Quel regard, ce nouveau-né ! dit Arsile, en frissonnant. — Bah, commenta Maglore, pas impressionnée pour un sou, en tirant à la paille une grosse gorgée de son Coca-Cola. C’est parce qu’il n’a que quelques heures… Il est complètement bigleux, ce chiard. Alors forcément, ça peut créer une impression déconcertante. — Nan mais il y a quelque chose, dans ses yeux… — Mouais, si tu veux. Bon, on y va ? On lui file ses cadeaux bonus et on se casse. On a encore plein de boulot… — Pfff, râla Arsile. Des fois, ton manque d’empathie est flippant. — …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com