Une micro nouvelle par jour pendant un an.

lundi 25 septembre 2017

Archives mensuelles : novembre 2014

30 novembre

« Toutes nos impressions sont incommunicables, sauf si nous en faisons de la littérature. » Qui dit ça ? C’est moi… Non, c’est moi… Un homme passe et se transforme, il est un homme, il est un autre, il cache des livres dans sa poche. Mais qui est-ce, finalement ? Celui qui passe, qui ment, qui multiplie les noms comme les poèmes et le voilà qui, intranquille, nous a laissé si seuls sans ses voix lumineuses. 30 novembre 1935 : décès de Fernando Pessoa et de tous ses hétéronymes

29 novembre

Encore un petit coup de pioche et ils attendront leur objectif. Finalement, la porte du tombeau s’ouvre devant les hommes de l’expédition. Howard Carter, en tête du cortège, passe le premier dans l’ouverture, torche à la main. Il retient son souffle tandis qu’il arpente quelques mètres de couloir. Sur les murs et sous la lumière électrique, les hiéroglyphes prennent vie. L’explorateur en reconnaît certains, arrive à en décrypter d’autres. Bientôt, il se retrouve devant le tombeau du pharaon. L’immense sarcophage semble l’attendre. Derrière lui, les hommes qui l’accompagnent se signent religieusement. Après un petit temps de recueillement, Carter commence à …continue reading

28 novembre

28 novembre 2013. La comète Ison passe au plus proche du Soleil et se désintègre. C’est la fin de l’une des civilisations les plus brillantes de la Voie lactée.

27 novembre

Thomas Davenport s’éponge le front du revers de la manche. Ah ! Il en a bavé pour le capturer, ce vilain gnome des mers salées, celui qui faisait luire ses étincelles au sommet des mâts. Et de plus, après l’avoir capturé, voilà-t-il pas qu’il s’était mis à se multiplier. Hop, un gnome, hop en voilà deux, et ainsi de suite. C’est alors que Thomas avait compris que le seul moyen d’avancer était de l’embobiner, de l’embobiner bien serré, avec du fil de cuivre. L’autre, ça l’avait mis en boule, et il s’était mis à tournoyer sur lui-même sans pouvoir se …continue reading

26 novembre

Alexandra monte le verre à ses lèvres et stoppe son mouvement. Un reflet a attiré son regard. Elle se retourne, mais ne voit rien de plus que les convives rassemblés pour les festivités. Alors qu’elle porte de nouveau les yeux sur sa boisson, la scène s’anime. Quatre petites filles jouent avec son époux Nicolas. Plus loin, une servante tient un nourrisson entre ses bras. Alexandra sourit en contemplant les années de bonheur qui l’attendent. Mais le brillant s’estompe ; le verre se fendille tandis que la révolte gronde. Et soudain, l’ombre d’une cave voile sa vision. Le verre éclate entre …continue reading

25 novembre

Ce petit garçon curieux, qui ne cesse de poser des questions au Plus Grand Magicien de Tous les Temps sur chacun de ses gestes, le trouble. Il doit se concentrer. Son paquet de cartes joue des tours, à son propriétaire comme à la réalité tout entière. C’est ce que lui a raconté l’étrange gérant du mont-de-piété de la rue Mouffetard, au moment de le lui échanger contre deux galets d’une plage anonyme du Débarquement. Chaque tour raté entraîne la mort d’un homme célèbre. Ou a entraîné, ou entraînera. Cela ne fait pas grande différence, avait conclu le vendeur, avec un …continue reading

24 novembre

Leur arrivée se déroula de nuit et passa quasiment inaperçue. Seuls quelques noctambules occupés à déverser le trop-plein de bière dans les méandres de la Seine virent leurs drakkars voguer en silence sur l’eau souillée et ne réalisèrent pas immédiatement ce que cela signifiait. Ils avaient replié les voiles et démâté afin de passer les ponts trop nombreux qui enjambaient le fleuve. Les rames battaient les flots en douceur, dans un clapotis rythmique. Grappe par grappe, les navires de bois accostèrent aux points les plus stratégiques de la capitale et quand les Parisiens furent réveillés par les cris de guerre, …continue reading

23 novembre

« Certitude. Certitude. Sentiment. Joie. Paix. Dieu de Jésus Christ. Deum meum et Deum mestrum “Votre Dieu sera mon Dieu” Oubli du monde et de tout, hormis Dieu… » D’une main fébrile, Pascal alignait des mots qu’il n’aurait jamais cru écrire, lui le libertin, le beau-parleur, l’indécrottable scientifique. Il livrait son âme à Dieu dans les profondeurs de la nuit, encore terrifié par les événements survenus deux semaines auparavant. Terrifié mais vivant, après une longue inconscience. Du pont de Neuilly, les eaux noires de la Seine avaient englouti ses chevaux, épargnant sa voiture comme par miracle. Abasourdi d’avoir survécu, son …continue reading

22 novembre

Administration du Purgatoire. Dans la file d’attente, deux hommes taillent une bavette. — Vous êtes venu comment ? — J’étais malade et voilà… et vous ? — Pareil, pas bien en forme, mais je me suis fait un dernier trip au LSD avant de partir. Un nouvel arrivant, tête baissée, les rejoint. — Et vous l’ami, comment avez-vous atterri là ? — Je faisais une petite balade dans ma décapotable, je n’ai rien vu venir… Le dévisageant, ils le reconnurent. « Oh mon dieu, ils ont tué Kennedy ! » Stupéfaction south parkienne avant l’heure. Le préposé à l’enregistrement leur …continue reading

21 novembre

« Jour suivant ? Oh, bien. Date de naissance d’un de nos maîtres, Arouet, à qui nous devons des pages superbes sur la guerre. “Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées”… — Candide ? — C’est ça. Pour fêter cet anniv’, je suggère, mes chers pairs de la HAIT (1), de programmer quelque-quand un massacre bien abominable. Adopté ? — Et comment ! — On a une fenêtre pile deux cents ans plus tard. Première guerre-sino japonaise, Lüshunkou, port chinois stratégique. — Les civils aussi ? — Bien sûr. — Un souci …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com