Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 22 septembre 2017

Auteur : Célia Flaux

Rêveuse et étourdie : le jour, ces mots lui jouent souvent des tours, mais Célia Flaux ne s'en plaint pas car sa Muse lui souffle des histoires au creux de la nuit. Célia pratique la béta-lecture et coasse avec les grenouilles du collectif Cocyclics. Elle a publié des nouvelles chez Piment et Muscade, chez les Roses bleues et chez Rivière Blanche. La publication de son roman, Iceltane, est prévue chez Voy'El en 2015.

Articles récents

21 octobre

Un coup de pinceau du vieux fou de dessin ; la Vague s’abat. Un haïku pour Hokusai, né probablement le 31 octobre 1760, graveur, peintre et auteur japonais, qui signa parfois ses travaux par le surnom « le Fou de dessin ». Les Trente-six vues du mont Fuji et la Grande Vague de Kanagawa sont ses œuvres les plus connues.

26 septembre

— C’est la fin de l’éther ! affirma le petit moustachu en claquant sa chope contre le comptoir. — Esther ? Ah les femmes… répondit le barman d’un air compatissant. — Toutes relatives, moi j’vous l’dis ! — Allons, allons, vous vous en remettrez… Le client éméché quitta le bistrot d’un pas chancelant. Au moment de franchir la porte, il cria en guise d’adieu : — Sachez-le, mon ami, seule la lumière est constante ! Le 26 septembre 1905, Albert Einstein publie dans son article Zur Elektrodynamik bewegter Körper (Sur l’électrodynamique des corps en mouvement) sa théorie, maintenant nommée relativité …continue reading

31 août

L’instituteur réclama le silence dans la classe, avant d’expliquer le principe des additions au tableau. Tandis qu’il écrivait les opérations à grands coups de craie, le voisin de Maria étala ses affaires sur son pupitre. Au lieu de recopier les chiffres, Giovanni manipulait ses crayons d’un air concentré. — Quel débile, souffla le meilleur élève de la classe. Maria se tut. Du coin de l’œil, elle observait les mains de Giovanni, qui marmonnait en comptant les crayons. Il apprend avec ses doigts, comprit-elle. Les enfants n’apprennent pas qu’avec leur tête. Maria Montessori, née le 31 août 1870, est un médecin …continue reading

6 août

La Reine étouffa un bâillement et se tourna vers le Roi Philippe IV : — Combien de temps faudra-t-il encore poser ? Je m’ennuie à mourir. Le souverain considéra sa longue figure solennelle, qui se reflétait dans le miroir accroché au mur d’en face. — En effet, cette séance manque de divertissements ! José Nieto, chambellan de la Reine, saisit cet ordre implicite et se dirigea vers la porte d’un pas pressé. Il revint bientôt en compagnie de l’Infante Marguerite-Thérèse, elle-même escortée par sa petite troupe de serviteurs. Tandis que la naine Maribarbola ordonnait au chien de se coucher, un …continue reading

12 juillet

À l’heure de désigner un nouveau chef, Lepenix attaqua le petit Sarkosix d’un violent coup de massue. Ce dernier esquiva en se glissant entre les jambes du candidat Vallsix, qui absorba vaillamment le choc. Il riposta en abattant un poisson pas très frais sur la tête de sa concurrente, qui chancela. En reculant, elle percuta le bouclier sur lequel était perché Hollandix, le chef sortant. Le druide contemplait la mêlée d’un air sévère, en caressant la lame recourbée de sa serpe du gras du pouce. Du coin de l’oeil, il surveillait la candidate Boutinix, qui brandit soudain sa lyre avec …continue reading

16 juin

Dans la classe surchauffée, les élèves attendent les vacances en regardant par la fenêtre. Les minutes s’écoulent lentement, au rythme des petits nuages blancs. La question de l’instituteur brise le silence paresseux : — Qui a rendu l’école obligatoire ? — C’est Charlemagne ! L’instituteur foudroie la petite Célia de son regard noir. Elle voudrait ravaler ses paroles irréfléchies, tandis qu’il explique d’un ton excédé : — Qui a eu cette idée folle, n’est-ce pas ? Ne vous fiez pas à cette chanson ! Certes, Charlemagne a voulu démocratiser l’école, mais celui qui a rendu l’enseignement primaire public et gratuit, …continue reading

22 mai

« Comment, vous ignorez de qui je parle ? Descendant lointain des Ducs de Bretagne, Élevé au rang de chevalier par le Roi Edouard VII, Médecin, aventurier, sportif, Il pratiqua la boxe et la natation, le ski et le cricket. Vous ne devinez toujours pas ? Il commit l’erreur de me considérer comme une œuvre secondaire, Et tenta même de me tuer d’une chute mortelle, Avant de me ressusciter sur une lande hantée par un chien démoniaque. » Élémentaire, mon cher lecteur ! » Arthur Conan Doyle, né le 22 mai 1859 à Édimbourg et mort le 7 juillet 1930 …continue reading

25 avril

— Mademoiselle, mon établissement n’engage pas de gens… comme vous. La jeune femme au bout du fil insista de son timbre riche et chaleureux. — Comment ça, des gens comme moi ? Vous ne cherchez pas de chanteuse de jazz ? — Pas comme vous, en tout cas. Le patron de la boîte de nuit la plus select de Los Angeles raccrocha fermement, non sans grommeler contre l’insistance des « gens de couleur ». À peine avait-il lâché le combiné, que le carillon de l’engin sonna à nouveau. Il répondit avec agacement, prêt à rembarrer l’importune, mais il ne s’agissait …continue reading

30 mars

Il cligne des paupières. Tout est flou, brouillé, et les rayons du soleil éblouissent ses yeux embrumés. Au-delà du berceau, il perçoit des éclats de couleur, des touches de lumières, des spirales fauves, des gerbes de safran. Lorsqu’il baigne son regard tout neuf dans ces remous dorés, une douce chaleur l’envahit. Et le nourrisson tend ses petits doigts potelés vers son premier bouquet de tournesol. 30 mars 1853 : naissance de Vincent Van Gogh. 30 mars 1987 : les Tournesols devient le tableau le plus cher de la Terre, lors d’enchères publiques chez Christie’s, à Londres, où il est vendu …continue reading

4 mars

— Votez pour moi ! La mienne est plus longue ! Une exclamation outragée retentit dans la salle du conseil. — Assez coupé les cheveux en quatre, Bertold ! Reconnais que la mienne est plus soyeuse et je te donnerai le titre de recteur de Bourgogne. — Et moi ? Contrairement à lui, je ne t’ai jamais pris à rebrousse-poil. — Welf, si tu reconnais ma supériorité flamboyante, je te ferai comte de Toscane et duc de Spolète. Un ricanement retentit. — Ta bassesse me défrise la moustache ! Je ne me laisserai pas corrompre par ces vils marchandages. — …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com