Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 24 novembre 2017

Content Tagged "Raspoutine"

30 décembre

Qu’est-ce qu’un corps lorsque l’on possède, comme moi, la vie éternelle ? Je dois cependant me détacher de ce tombeau de chair pourrissante. Le temps presse. Ainsi se disait Grigori Efimovitch Raspoutine tandis qu’il traînait à l’aveuglette sa carcasse battue, rompue, brisée, fusillée à bout portant. Ses yeux morts, ou presque, ne l’aidaient plus guère à voir où le menaient ses pas hésitants, trainants. Parfois, ses genoux se dérobaient sous lui et il tombait de tout son long, pour mieux se relever à la seule force de sa volonté. Il en avait vu d’autres, bien sûr, au cours des nombreux …continue reading

29 décembre

Le jeune prince Félix Ioussoupov tremblait encore de tous ses membres alors que la fumée des coups de feu qu’il avait tirés s’était depuis longtemps évaporée. À ses pieds, le cadavre massif du moine honni gisait, le visage défiguré par les coups qu’il avait encaissés sans broncher, avant d’être abattu de quatre balles. Autour de la scène, les autres convives complices de l’assassinat semblaient eux aussi perplexes. — Il est mort, cette fois ? demanda le grand-duc Pavlovich. — Qui sait ? lui répondit en riant nerveusement le député Pourichkevitch. Il a absorbé le poison comme s’il s’agissait d’un cordial, …continue reading

3 décembre

Le 3 décembre 1952 s’achève la série des Procès de Prague et avec elle, la purge des cadres du parti communiste de Tchécoslovaquie. Les condamnés sont pendus puis incinérés. Leurs cendres sont par la suite dispersées. Pour Staline, veillant à l’éxécution précise de ces protocoles d’élimination, cela est un gage de sécurité : hors de question que l’incident Raspoutine, ce moine fou si difficile à éliminer, se reproduise. Maintenant que l’URSS sait reconnaître les liches infiltrées, elle a appris à les faire disparaître.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com