Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 21 novembre 2017

24 avril

« Alexandre et Epipode, qui avaient réchappé aux massacres de chrétiens, furent sacrifiés à la vindicte païenne. La passion qui les unissait était connue de tous ; on les sépara, on en tortura un sous les yeux de l’autre pour augmenter leurs souffrances. Les cadavres mutilés des deux martyrs furent cachés dans une grotte par d’autres survivants, émus de leur histoire tragique.

C’est là que, puisque leurs corps ne s’uniraient plus, leurs âmes aimantes et liées depuis l’enfance fusionnèrent en une seule, et le spectre né de la puissance de leur amour continua à faire des miracles pendant des siècles, renforçant la foi des chrétiens dans la ville aux deux fleuves. »

Le jeune moine copiste posa sa plume : les émotions qu’il ressentait, le rouge aux joues et cette chaleur partout, partout !, lui confirmaient que ce récit ne pouvait être conforme à la morale chrétienne. Décidément, les diableries des païens étaient toujours fort puissantes.

Luttant contre ces étranges sensations, le copiste se vengea sur le parchemin et expurgea le texte de tous ses éléments tendancieux. En vain : le spectre né de leur amour continua à faire des miracles et à taquiner ce pauvre copiste, qui finit par céder aux appels de la chair avec une villageoise. Bien des siècles plus tard, certains de ses descendants combattent encore aveuglément certaines « diableries », au mépris de la grande histoire que vécurent Alexandre et Epipode.

24 avril 177 : crucifixion d’Alexandre de Lyon, deux jours après la mise à mort de son ami Epipode

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com