Une micro nouvelle par jour pendant un an.

dimanche 24 juin 2018

23 février – Fête du dieu Terminus

Terminus à la microphéméride— Salut, saint Pierre.
— Tiens, Terminus. Quel bon vent t’amène ?
— Tu sais après avoir passé mon existence à garder les frontières, je n’attendais que la retraite pour pouvoir enfin voyager. Je suis vraiment curieux de visiter le Paradis. Je peux entrer ?
— Vas-y ! Tu n’as qu’à ouvrir la porte.
— Mais enfin ! Comment veux-tu que je fasse ? Je n’ai pas de bras.
— Désolé, pas de bras, pas d’au-delà !

Père Désœuvré


« Bah… tu descends déjà ? C’est pas notre station.
— Heu… ouais, mais aujourd’hui n’est pas le jour idéal pour aller jusqu’au terminus. »
Le voyageur descendit de la rame sous les yeux abasourdis de son collègue. Une troupe bien compacte le suivit à la hâte, ne laissant plus qu’une poignée d’usagers continuer le trajet. À peine descendus du train, ils furent accueillis par des pétales jetés à pleines brassées et des cris de joie :
« Joyeuses Terminalia ! » vociférèrent les agents de la RATP.
Un homme devint livide :
« Oh non, j’avais oublié que c’était aujourd’hui.
— Mangez, buvez, éclatez-vous, dit un des agents en kaki en conduisant les quidams à un banquet souterrain somptueux. Ici, c’est la fête de tous les Terminus.
— C’est plutôt sympa, dit le premier voyageur en prenant des figues fourrées. Pourquoi vous faites tous ces drôles de tête ?
— Oh, vous ne le saviez pas encore ? dit une contrôleuse primesautière. Pour attirer la bonne fortune et vous permettre des déplacements dans un confort optimal, la RATP et d’autres sociétés de transports se sont converties au culte du dieu Terminus. Cela marche assez bien puisque nous n’avons plus de grève ou d’insécurité. Mais en contrepartie, nous vous demandons de bien vouloir participer au tirage au sort pour savoir qui sera le nouvel avatar de Terminus. »
La femme s’écarta, montrant un cadavre sans bras ni jambes se desséchant sur un socle. La figue passa de travers.
RATP, à nous de vous faire préférer les pieds.

Nelly Chadour


Le bus en provenance des temples du forum de Rome était plein à craquer. Il s’arrêta à côté d’une grande borne de pierre auprès de laquelle attendait une divinité sans bras ni jambes.
— Pour la fête du dieu Terminus, tout le monde descend !
L’homme-tronc émit un petit rire qui sonnait faux.
— Super drôle, machin, comme si on ne me l’avait jamais faite.

Anthony Boulanger


Jupiter connaissait le dicton : femme qui rit, à moitié dans ton lit.
Souhaitant ardemment séduire la jolie Livia, il décida de… la faire rire. Sur le chemin menant à la villa de l’heureuse élue, il imagina toute une série d’histoires drôles et de devinettes.
Quelle ne fut pas sa surprise de trouver son fils, Terminus, pendu au balcon de Livia, en train de lui compter fleurette. Afin de gagner au plus vite les faveurs de la belle (et d’humilier son rejeton), Jupiter décida de sortir sa devinette ultime : « Monsieur et Madame Toutlemondedescend ont un fils, comment l’appellent-ils ? »
Livia, interloquée, ne sut que répondre.
Jupiter tout fier : « Terminus ! Eh oui, Terminus tout le monde descend ! (mouhahahahahahahaaaaaaaaaa)
— Père, tu Minerve avec tes jeux de mollets pour jambettes ! »
Et c’est à ce moment que Terminus fut transpercé par une hallebarde, envoyée par Minerve qui en avait plus qu’assez de ce maudit jeu de mot, inventé par… Jupiter.

Gédéon

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com