Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mercredi 19 septembre 2018

26 février

Le 4 juillet 1872 resta comme une pierre blanche dans l’histoire personnelle de Michel Chasles : le mathématicien, qui comptait au nombre de ses relations l’honorable Vrain-Lucas, se fit remettre par celui-ci un exemplaire authentique du Moniteur du 27 février 1802, annonçant en première page la naissance la veille, dans le foyer du général Hugo, porteur d’eau, de Victor, futur poète et écrivain. L’article citait quelques-unes des œuvres à venir : Les Misérables, Le Dernier jour d’un condamné, La Légende des siècles, Quatre-vingt-treize.

À dire vrai, Chasles eut un doute : en 1872, Hugo n’avait pas encore écrit Quatre-vingt-treize ; et la date aurait dû être écrite en calendrier révolutionnaire : 7 ventôse an X. Mais Vrain-Lucas put lui expliquer que ce changement était la manifestation de la décision du Premier consul d’anticiper l’Empire. Il lui montra d’ailleurs une lettre autographe de Napoléon à Marie-Louise allant dans ce sens. Mais ce qui convainquit le célèbre académicien, ce fut la photo du bébé : on devinait déjà, sans la barbe, le frontal puissant de l’écrivain à venir.

 

26 février 1802 : naissance de Victor Hugo. Quant au mathématicien Michel Chasles, il se rendit célèbre pour s’être laissé berner par le faussaire Vrain-Lucas, qui réussit à lui fourguer les faux les plus invraisemblables ! Question : combien d’anachronismes dans ce récit ? Question subsidiaire : c’est quoi, cette histoire de porteur d’eau ?

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com