Une micro nouvelle par jour pendant un an.

dimanche 24 juin 2018

24 février

— Haro ! Haro ! clame la populace rouennaise, rassemblée autour de l’hôtel de ville et accompagnant les cloches du beffroi.
En cette matinée du 24 février 1382, Rouen se soulève. Trop, c’est trop.
— Le roi Charles VI nous veut ensevelir sous les taxes, parbleu, s’écrie l’un des meneurs, ouvrier du textile. Non à la gabelle, non aux « aides », ces taxes qui nous crèvent à petit feu ! Faisons respecter la charte du bon Louis X !
Ses compagnons, qui sont près de deux cents sur la place, crient à nouveau d’une seule voix : « Haro ! Haro ! »
Bientôt, le marchand drapier Jean le Gras est déclaré « roi de carnaval », juché sur une chaise, soulevé à bout de bras et promené de par toute la ville. Les émeutiers le forcent, chemin faisant, à promulguer à tout va de vaines abolitions d’impôts.
La réplique de Charles VI ne tarde pas. Le 31 mars, il fait une entrée triomphale dans Rouen après avoir fait arrêter et décapiter plusieurs des meneurs. Il en profite pour révoquer nombre des privilèges accordés aux Rouennais et mettre au pas les commerçants de la cité marchande par la même occasion.

Le sergent Chouinpch secoua la tête et franchit à nouveau le portail temporel. De retour en octobre 2013, il se rendit en Bretagne et contempla longuement l’un des portiques de la taxe sur les poids lourds instaurée en France.
— Même cause, même effet. Gouvernants comme gouvernés ne changeront-ils donc jamais, sur la Terre ?

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com