Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 24 novembre 2017

18 septembre

En observant les visages des hommes lui faisant face – des Français issus de la noblesse bretonne, pour la plupart –, Louis de Becdelièvre eut cette étrange pensée : « L’on pourrait se croire à un bal de Louis XIV ».
Et il ne manquait en effet plus guère que les musiciens et les dames en beaux atours… ainsi que le principal intéressé, à savoir le Roi-Soleil, bien sûr.
— Messieurs ! déclara-t-il soudain. Nous voilà confrontés à un bien grand péril, comme vous le savez. La papauté, chère à notre cœur et d’ores et déjà réduite au Latium ainsi qu’à Rome, est menacée par les troupes italiennes du Piémont. Ces hérétiques nous surpassent en nombre. Notre espoir de l’emporter est donc faible. C’est pourquoi je vous ai réuni !
Louis adressa un signe à Monseigneur Daniel, leur aumônier, qui prit la parole :
— Il en est un qui peut nous apporter la victoire. Je veux parler du Roi-Soleil ! C’est chose possible, messieurs les incrédules. Apprenez donc que, comprenant la gravité de la situation, le pape m’a délégué ses saints pouvoirs. Oserons-nous, frères, user de la parole sacrée de Dieu pour ramener notre ancien Roi à la vie ?
Tous acquiescèrent d’un air concentré. Aucune parole ne fut échangée, car tous connaissaient leur devoir. Le serment qu’ils avaient prononcé en intégrant les zouaves pontificaux était clair : ils étaient prêts à se sacrifier pour la plus grande gloire du pape Pie IX et de ses saints successeurs !
La cérémonie de renaissance put débuter…

***

Suite à cette action, les troupes pontificales ne furent pas battues à la bataille de Castelfidardo. L’Italie se trouva pourtant belle et bien unifiée quelques années plus tard, mais sous la bannière de Pie IX.
Un siècle plus tard, en 1960, le monde était redevenu catholique.
Il le resterait pour longtemps encore…

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com