Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 10 décembre 2019

Auteur : Alizée Villemin

Né en en 1985, Alizée est une créative du genre hyperactif. Guitare, chant, dessin, modelage,… tout y passe ! C’est également une très grande lectrice, particulièrement attirée par les mondes imaginaires. En 2008, après avoir terminé un mémoire d’archéologie dédié aux rites funéraires celtes, elle tombe par hasard sur un projet de magazine SFFF, avec un comité de rédaction en plein recrutement. Seulement voilà, pour candidater il faut écrire un court texte démontrant qu’on connaît le milieu… Ainsi naquit « Dragon Ronchon », sa toute première nouvelle. Quatre ans durant elle écrit ainsi, en pointillés, démarrant plusieurs projets, multipliant les nouvelles, mais sans vraiment songer à publier. Fin 2012 elle présente le fameux dragon ronchonneur à une joute entre nouvellistes et, à sa plus grande surprise, remporte la première place. Poussée par les commentaires enthousiastes qu’elle reçoit, elle envoie d’autres échantillons de son travail à des webzines. Les retours positifs se multiplient. La publication de sa série steampunk « Lady Falkenna » chez Lune Écarlate est un nouveau jalon dans son parcours d’écrivain. Le prochain ? Stay tuned…

Articles récents

23 décembre

John leva la tête. Sous les vivats des hommes agglutinés au pied du bâtiment neuf, il pouvait distinguer comme un étrange bruissement, un murmure. Intrigué, il fit quelques pas en arrière, sonda le ciel nuageux. Ce gros point sombre, là, au loin, qu’était-ce donc ? Cela se rapprochait à toute vitesse ! Bientôt, il put discerner une forme ailée, immense, aux reflets rougeoyants. Puis, d’un coup, la compréhension le terrassa : — Un dragon ! Fuyez ! FUYEZ !! Tout en se mettant à l’abri du monstre attiré par l’or de la nouvelle Banque Centrale, le jeune Anglais nota chaque …continue reading

1er décembre

— Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? — On s’en trouve un autre. Les deux minces silhouettes noires, à l’odeur de charogne, s’esquivèrent discrètement du tribunal. — Ils n’ont pas compris au moins ? — Non, ils pensent qu’il s’agit d’argent. Qu’il était fou. — Ah ! Comme vous êtes habile, mon ami ! Silence. Puis, désignant un homme au costume beige : — Oh tenez ; et celui-là ? Conviendra-t-il ? — Non, son âme n’est pas assez sombre. Soupir. — Il ne sera pas facile à remplacer, le Landru, moi je vous le dis… Le 1er décembre 1921, …continue reading

16 novembre

Un frisson parcourut l’échine d’un jeune Kuraca escortant l’Empereur lorsqu’il aperçut le petit village de Cajamarca, niché au fond d’une vallée verdoyante. — Oh, Grand Fils du Soleil, ne descends pas en ces lieux, je t’en supplie. Ces hommes de fer ne sont rien comparés à ta splendeur, ils ne méritent pas de te rencontrer. — Tu dis vrai, mais c’est justement pour cela que j’ai accepté. Il est temps pour eux de réaliser qu’ils ne sont que des vers se tortillant sur le sable, face à moi. Le Kuraca s’inclina ; il était risible de sa part d’avoir voulu …continue reading

12 octobre

Lancers de galets, courses d’hippocampes, attrape-nageoires ; au fond de l’océan, Posey s’ennuyait. Allongé sur le flanc, il déploya ses doigts bleuâtres et les agita, provoquant un léger tourbillon aquatique qu’il regarda mourir contre un rocher couvert d’algues gluantes. Soupira. Depuis que les quotas de tempêtes avaient été mis en place, son existence avait perdu toute saveur. Où étaient passées les lames de fond de son enfance ? On ne leur permettait plus que de légers grains, embryons d’ouragans, piètres prestations. Ridicule. Il se redressa. La colère remplaça progressivement la nostalgie, assombrit son aura. Ridicule, oui, de la part de …continue reading

19 septembre

Léopold frissonna. — Je vous l’avais bien dit ! Messieurs, nous sommes dans une situation critique ! Edmond grommela. Nicolas les fusilla du regard : — Un peu de tenue, que diantre, nous sommes à Versailles tout de même ! — Ils ne nous entendent pas. — Est-ce une raison pour caqueter de la sorte ? Montrons-leur que nous sommes des éléments de valeur, de fiers sujets. Nous ne craignons ni le vent, ni le… — Attendez. Ce bruit, là, c’est normal ? On dirait que l’air s’échappe ! On va s’écraser ! — Vous êtes d’irrécupérables fats. Tremblez donc. …continue reading

31 août

— Pyramides piégées ? — Check. — Mégalithes incompréhensibles ? — Check — Dessins mystérieux visibles uniquement du ciel ? — Check. — Crânes de cristal horripilants ? — Check. —… OK les mecs, on est bons. Avec tout le matos installé, on en a pour des siècles de rigolade assurée. Je déclare la mission de « l’Institut du Rire Atlante » officiellement terminée ! Le 31 août 1994, l’IRA annonce la « cessation complète » de ses activités.

19 août

« 1, 2, 3 nous irons aux bois 4, 5, 6 faire des sacrifices 7, 8, 9 égorger des bœufs 10, 11, 12 et les maudire tous » Comptine enfantine Entendue pour la dernière fois le 19 août 1692, avant qu’une tornade ne balaye la ville de Salem, jusqu’alors située dans le Massachusetts (USA) Le 19 août 1692, un pasteur et quatre autres personnes, accusées de sorcellerie, sont exécutés à Salem.

30 juillet

— À vos poulpes… Prêts… Partez ! Quelques minutes plus tard, un jeune brun s’engouffrait sous la tente, suivi d’une dizaine d’autres officiers. — Alors ? — 2 mn 30 s, mon général. Aucun survivant. Quatre noyés, un dévoré par sa propre pieuvre, trois… — C’est bon, c’est bon. Inutile d’en rajouter, c’est la même litanie chaque semaine. — Puis-je faire une suggestion, mon général ? — Mmmoui ? — La course deviendrait plus intéressante si on leur permettait d’avoir leurs propres embarcations, au lieu de leur demander de chevaucher les poulpes. — AH ! Des bateaux ? Et pourquoi …continue reading

15 juillet

L’hémicycle bourdonnait. Quelqu’un avait tapé dans la ruche avec une violence insoutenable, et les sénateurs s’agitaient en tous sens. La loi concernant l’impôt sur le revenu allait enfin être validée. Certains empêcheurs de tourner en rond se demanderont probablement comment elle a pu remporter l’immense majorité alors que la veille tous pensaient qu’elle serait enterrée. Ils ne devineront jamais. Lors de sa petite visite nocturne aux plus éminents hommes politiques, Jules-Henry de la Courtaudière avait bien veillé à effrayer suffisamment les quinquagénaires bedonnants pour qu’ils gardent le silence. La seule vision de ses crocs aiguisés en avait d’ailleurs poussé certains …continue reading

23 juin

Les portes de verre vomissaient la foule sur les trottoirs luisants de pluie. Les commentaires enthousiastes fleurissaient, l’odeur de sucreries mêlée à la sueur se répandait dans toute la rue. L’homme rajusta ses lunettes noires et se racla la gorge. L’un de ses confrères fendait la masse mouvante pour le rejoindre. — Alors ? — C’est bon. Comme aux States, ils pensent que c’est une œuvre de fiction. La rébellion des frères Wachowski n’aura pas de conséquences, leur documentaire est inefficace. Un sourire froid naquit sur les lèvres des deux hommes en costume noir. Une fois de plus, la naïveté …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com