Une micro nouvelle par jour pendant un an.

lundi 20 janvier 2020

12 octobre

Lancers de galets, courses d’hippocampes, attrape-nageoires ; au fond de l’océan, Posey s’ennuyait. Allongé sur le flanc, il déploya ses doigts bleuâtres et les agita, provoquant un léger tourbillon aquatique qu’il regarda mourir contre un rocher couvert d’algues gluantes. Soupira. Depuis que les quotas de tempêtes avaient été mis en place, son existence avait perdu toute saveur. Où étaient passées les lames de fond de son enfance ? On ne leur permettait plus que de légers grains, embryons d’ouragans, piètres prestations. Ridicule.

Il se redressa. La colère remplaça progressivement la nostalgie, assombrit son aura. Ridicule, oui, de la part de petits fonctionnaires marins, de vouloir contrôler la puissance des élémentaires. Leurs quotas ? Il leur montrerait où ils pouvaient se les insérer. Il déclencherait un coup de tabac à l’ancienne, avec des trombes dignes d’autrefois, et ils verraient bien, oui, ils verraient bien à quel point ils avaient eu tort de vouloir le limiter.

Cette terreur des catastrophes écologiques était grotesque.

Le 12 octobre 1997, un cargo grec, le « Capetan Tzannis » de 143 mètres, en provenance du Cap-Vert, s’échoue en pleine tempête sur la plage d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques), laissant s’échapper 120 tonnes de fioul.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com