Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 21 novembre 2019

4 février

Plop.

— C’était quoi, ça ?

Plop. Plop.

Les gens levèrent les yeux au ciel, cherchant d’où pouvait bien provenir ce son étrange. L’un d’entre eux, un grand brun à la blouse de pharmacien, le nez en l’air, percuta une surface vitrée de plein fouet. Il glapit de douleur.
— Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?!? Ça n’était pas là il y a cinq minutes !
Alertés, tous s’approchèrent. Un cylindre de verre enchâssé dans du fer forgé de bel ouvrage avait poussé au beau milieu du trottoir.

— Ce n’est pas réel !

— Il m’a paru bien réel, à moi !

Le grand pharmacien se tenait le nez pour contenir un léger saignement. Il tendit le bras pour effleurer une volute sculptée, recula précipitamment lorsqu’une porte s’ouvrit dans le cylindre.

— Est-ce que c’est…

— Un téléphone ! Parole, on dirait qu’il est vivant !

Un brouhaha s’éleva parmi les spectateurs de cet étrange phénomène. Le prodigieux kiosque téléphonique déroula sa langue, un tapis d’une belle teinte écarlate, puis ferma les yeux et s’endormit.
Depuis le toit de la cathédrale Notre Dame, un mage déplia ses jambes avec difficulté, se leva en ahanant et épousseta sa longue robe bleue brodée d’or. Il rangea sa baguette dans une poche intérieure, dissimulée dans les nombreux replis de l’étoffe, rajusta ses lunettes en demi-lune et sourit, satisfait. Sa mission, faire apparaître une vingtaine de kiosques à téléphones dans les rues parisiennes, avait été accomplie avec panache. Il consulta sa montre à gousset. Neuf heures.

Est-ce qu’il restait des croissants pour le p’tit dèj ?

Le 4 février 1913, les premiers kiosques de téléphone apparaissent dans les rues de Paris.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com