Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 01 octobre 2020

16 juin

Hector Pieterson ressentit un léger choc lorsque la balle du policier sud-africain le heurta dans le dos. Il avait treize ans.

Il cligna des yeux, la tête embrumée. Une voix l’appelait, qui devint bientôt irrésistible.
Hector ouvrit les paupières. Il était sur un terrain de foot. Il regarda ses mains : c’était celle d’un léopard. Un nom lui traversa l’esprit : Zakumi. Autour de lui se pressaient des peluches vivantes. Certaines s’approchèrent.

— Bienvenue parmi nous. Moi, c’est Footix. Lui, c’est World Cup Willie, lui dit un coq bleu en pointant du doigt un lion portant un maillot frappé du drapeau britannique.

— Je suis la première mascotte, celle de 1966. Et toi, comment t’appelles-tu ?

— Hector Pieterson, répondit celui-ci, par réflexe.
Une orange avec des jambes, qui venaient de les rejoindre, s’esclaffa.

— Ahah, il se présente encore sous son ancien nom humain. C’est drôle.

— Tu étais pareil quand tu es arrivé, souligna Footix.

Hector n’y comprenait plus rien. L’instant d’avant, il mourrait, et à présent, il était entouré de peluches géantes. Ça n’avait pas de sens.

— Tu appartiens à Émilio, lui expliqua Willie. C’est un collectionneur d’âmes autant que de peluches. Il nous fait rejouer des matchs de coupe du monde. Je ne sais pas qui tu étais, de ton vivant, mais c’est du passé. Il n’y a pas un nom qui t’est venu en tête ?

— Zakumi. Pourquoi?

— C’est le seul nom dont tu te souviendras. Et tout ce que tu auras envie de faire, c’est de faire du foot. Tu vas t’y faire, ne t’inquiète pas. Tu n’as pas le choix, de toute façon.
Un coup de sifflet retentit et les peluches se précipitèrent à leurs places sur le terrain. Le match éternel reprenait. Zakumi se joignit à eux à la façon d’un automate, l’esprit vide…

16 juin 1976 – émeutes de Soweto

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com