Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 01 octobre 2020

20 juillet

— Projecteurs allumés…
— En avant. En avant. Bien.
— 40 pieds, descente à 2 et demi. On projette de la poussière.
— 30 pieds, descente à 2 et demi. Légère ombre.
— 4 en avant. 4 en avant. Légère glissade à droite. O.K. Descente à un demi.
— 30 secondes.
— Glissade avant ?
— Oui.
— O.K.
— On a touché !
— O.K., arrêt des moteurs.

À 20 h 17, ce dimanche 20 juillet 1969, le module Eagle s’est posé dans la Mer de la Tranquillité sur la Lune. Quelques heures plus tard, Neil Armstrong et Edwin Aldrin font leur premier pas dans le régolite. Quelques minutes plus tard, des mouvements à l’horizon bas de l’astre lunaire attirent leur attention. Ils sont bientôt cernés par une véritable foule de créatures aussi disparates que baroques ; minuscules, géantes, grosses, filiformes, anatomiquement improbables. Portant des banderoles et des panneaux indéchiffrables pour les deux astronautes, elles les repoussent fermement, mais sans violence dans leur module.
Après une longue concertation avec Houston, la mission est annulée et les deux hommes repartent précipitamment rejoindre Michael Collins puis rentrent sur Terre.
Des semaines après ce fiasco inattendu, des linguistes du monde entier parviennent à déchiffrer les textes brandis par les créatures, que les astronautes ont eu le réflexe de photographier. On put alors y lire :
« Dehors les immigrants ! », « La Lune aux Sélénites ! », ou encore « Pas de fromage pour les parasites ! », et quelques autres du même acabit.

1969 : premier atterrissage sur la Lune alunissage (Apollo XI)

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com