Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 19 juin 2018

18 mars

17 janvier 1844, le jeune imprimeur Guillaume Massiquot assiste à un accident dramatique chez son boucher habituel. Le commis maladroit, voulant lui servir les deux pièces de bœuf pour le pot-au-feu du soir, se tranche la main en maniant mal le hachoir. Madame et monsieur Massiquot mangeront une soupe de poisson. Cependant, l’incident marque fort l’imprimeur.
05 février, Guillaume dessine les plans d’un nouvel outil qu’il pense indispensable en son atelier d’imprimerie. Il le fait construire par un ami ingénieur et le teste plusieurs jours avant d’aller déposer le brevet de presse à découper le papier.
18 mars, le brevet est déposé en son nom, et la machine s’appelle désormais un massiquot.
21 mars, le commis, au courant de la démarche de son client, s’offusque et clame qu’il est à l’origine de l’invention. Il demande que l’appareil porte son nom plutôt que celui de l’imprimeur.
26 mars, ignorant ses appels, le commis demande réparation en duel. Massiquot est contraint d’accepter.
30 mars, handicapé par son moignon, le commis est obligé de tenir le pistolet de sa seule main valide. Après avoir tiré ses deux balles à 20 puis 50 mètres des pieds de Guillaume, celui-ci l’abat d’une seule balle dans la mâchoire. Le massiquot demeure.

1844 : Guillaume Massiquot dépose le brevet du massicot.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com