Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 01 octobre 2020

18 mai

Les deux juges s’asseyent sur l’estrade d’un air important.
— On a quoi aujourd’hui ? demande discrètement le premier avant de débuter l’audience.
— Des réfugiés de Jaffa. On a voulu les renvoyer chez eux, mais ils arguent que ce serait les renvoyer à la mort, que depuis que la ville a été conquise et rasée en partie ils n’ont plus de chez eux.
— Merde, encore. C’est lourd. La défense va nous servir la plaidoirie habituelle : « traumatisme de guerre », blablabla, « notre devoir d’accueillir nos frères exilés », enfin tu vois le tableau.
— Ouais, et notre chômage alors ? On ne peut pas accueillir toute la misère du monde !
— C’est bien ce qu’on leur rétorque chaque fois ! Ils feraient mieux de tenter leur chance au Krak des Chevaliers : l’accueil des réfugiés doit bien faire partie des devoirs de l’Ordre. Mais nous, malheureusement, « on ne peut vous aider, désolé mon bon monsieur ». Un petit air ému, et hop ! Affaire suivante.
— Ah ah, ils devraient pourtant savoir que la loi ne se laisse pas influencer par de bas discours humanistes. Et nous non plus, en tant que ses dignes représentants ! Ah ah, les cons !
Ils rient de concert, avant de réaliser qu’on les attend. D’un coup de marteau, ils annoncent le début de l’audience.
— Que la défense s’avance devant le tribunal d’Antioche, ordonnent-ils.
L’avocat se lance alors pour plaider la défense des hommes qui ont besoin d’asile, un appel désespéré à l’humanité de la loi et des juges.


18 mai 1268 : après Saffed et Jaffa, c’est au tour de la principauté d’Antioche de tomber face au sultan mamelouk Baybars. Quelques années plus tard, en 1271, ce sera au tour du krak des Chevaliers. Quelques dizaines d’années plus tard, disparition des États croisés.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com