Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mercredi 19 septembre 2018

21 novembre

1793. Ou, plutôt, an II de la République. L’automne, le froid, le brouillard. Mené par le capitaine Adam Douglace, professeur de mathématiques dans le civil, le petit détachement tient encore ce sinistre défilé des Vosges. L’adversaire se tapit dans la forêt, sur l’autre versant. Il y a déjà eu deux engagements. Le troisième risque bien d’être fatal aux Français.
Le caporal Arthur Ladent revient enfin de sa mission de reconnaissance.
« Beaucoup de morts ennemis ? s’enquiert Adam.
— 26 de ce côté… plus 16 de l’autre. »
Le capitaine additionne de tête. C’est trop peu. Ils sont quatre fois plus sous les arbres, là-bas.
« Et il nous reste combien de balles ? »
Un soldat va vérifier.
« Presque plus. Trois boîtes de quatorze. »
Ça alors, pense Adam. Le même nombre.
« Nous allons tous y passer, murmure un autre soldat. Et je vais mourir là, bêtement, à 29 ans. »
Adam sursaute, chuchote :
« Vous êtes né en 1764 ?
— Oui, mon capitaine. Pourquoi ? »
Pour rien. C’est juste le carré de… Une idée frappe alors Adam.
« Et nous sommes partis en campagne quel jour ?
— Le jour du pressoir, vingtième du mois de vendémiaire. »
C’est-à-dire le 11 octobre selon l’ancien calendrier. Soit 21 jours en octobre. Et 21 en novembre. À ce niveau-là, ce ne peut plus être une coïncidence !
« Attention ! L’ennemi revient ! »
Adam tire sa montre. Il sait déjà ce qu’il va y lire. 11 h 42.
Oui. 42.
Il aura décidément été des plus étranges, ce jour de la raiponce.
_______________________________________________
21 novembre : premier jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain, officiellement dénommé « jour de la raiponce ».

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com