Une micro nouvelle par jour pendant un an.

lundi 25 septembre 2017

Auteur : Timothée Rey

Prof de lettres-histoire dans un lycée pro du sud de Mayotte, Timothée Rey a publié des nouvelles en revues ou en anthologies. Cinq recueils à son actif : un chez La Clef d’Argent, Caviardages, 2008 (fantastique), deux chez Les Moutons électriques, Des nouvelles du Tibbar, 2010 (fantasy) et Dans la forêt des astres, 2011 (SF), deux chez ActuSF (La Providence du Reclus, 2012 (fantastique) et Cosmos à moelle, 2014 (SF). Après un premier roman policier préhistorique paru en janvier 2014 chez Les Moutons électriques, Les Souffles ne laissent pas de traces, il est en train d’écrire le volume 2 des « aventures de N’a-Qu’un-Œil, chamane-détective » (La Mère des ondes et des crues), à paraître en 2015 chez le même éditeur. Prix Rosny 2011 de la nouvelle, scénariste de la BD Infrarouge vs Ultraviolette (dessinateur : Colville Petipont), il a aussi dirigé deux anthologies chez Parchemins & Traverses, Super-Héros ! en 2010 (en collaboration avec M. Fontayne) puis L’École (2013) et activement participé au Dico des créatures oubliées (Les Moutons électriques, 2014). Plus d’infos ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Timothée_Rey

Articles récents

22 décembre

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit. Joe le taxi roulait – ce n’était pas gratuit : Il venait de charger une blonde insipide Qui gazouillait (fort mal) des paroles stupides. Or dans Paris désert quel devint son ennui : « Je ne sais où je vais, je ne sais où je suis », Avoua le chauffeur à l’aigre néréide. « Pas grave, mon poto, fit la gosse aux yeux vides, » Emmène-nous plutôt dans un bar à mambo » Où nous pourrons danser parmi de vieux barbeaux » Le cha-cha-cha, le jerk et la rumba des îles ! » À …continue reading

27 novembre

L’Estafette en chef Raoul Goadet déverrouille la porte, s’efface pour laisser passer les trois Secrétaires Généraux – Latréaumont, Hocquincourt et Guiche – puis les deux Grands Maréchaux, Van Hoek et Montgoubert. Il entre à son tour, referme. Tandis que les cinq hommes les plus puissants de la République Égalitaire de Normandie se penchent sur la table des cartes avec une résignation presque palpable, il va se poster près d’une meurtrière ménagée entre deux strates, invisible du dehors. Sur l’océan nappé des brumes de novembre, la flotte de Louis XIV, prétendu « Roi-Soleil », converge sur Étretat, principale place forte de …continue reading

31 octobre

« Pas une bonne idée d’avoir coupé par là… » L’œil attentif entre ses bandelettes de momie, Lenny considère le parc, dans le crépuscule finissant. Les ombres sont trop denses sous les arbres, entre les tombes. À part eux quatre, personne n’est en vue dans le Machpelah Cemetary – pourtant situé à Glendale, Queens, au cœur d’une des villes les plus peuplées au monde. Gus, zombie approximatif, rétorque à mi-voix : « Si t’avais pas passé trois plombes à t’enrouler dans ces trucs, non plus… — Magnez-vous ! » Zach secoue la tête, faisant volter ses tentacules de Cthulhu façonnés …continue reading

6 octobre

Depuis son coin de scène, comme l’orchestre se déchaîne – « Ah, les p’tites femmes de Dimidium ! » –, et tandis que les Rigeliennes octopodes de la troupe attaquent un French Cancan endiablé dans un éblouissement de plumes, de lasers et de strass, leurs jambes affolantes se levant de concert, Glowrz Zuirtgosh, manager de la revue du cabaret le plus couru de New-Montmartre, elle-même l’une des neuf stations à orbiter dans l’ombre du Jupiter chaud, écarte le rideau pour jeter un œil (pédonculé) vers la salle : les membres de cent-dix-sept espèces, Terriens compris, s’amusent comme de petits fous. …continue reading

9 septembre

Qu’elle est loin ma planète, qu’elle est loin ! Parfois au fond de moi se raniment L’eau verte des canaux de Schiaparelli Et les cités rouges de Barsoom, Ô ma planète, ô Mars des mirages, ô Mars ! Je reprends le chemin d’Hélium ou Zodanga, De nouveau, j’ai l’épée de Rhiannon au poing. Ici, si tu cognes, tu gagnes, Ici, même les zoomorphes aiment la castagne, Ô ma planète, ô Mars des mirages, ô Mars ! Un torrent de cailloux roule tandis qu’avance, Funambule, l’oiseau Touil ami de Dick Jarvis. Ta violence bouillonne jusque dans tes gorges pourpres Et tes …continue reading

16 août

Sous l’immense et brumeux Rocher de la Geôle, la Cadillac rose bonbon fait halte devant l’Hôtel des Cœurs Brisés dont les néons pulsent, flamboyants. Un type aux paupières lourdes en descend, qui lisse d’une main la brillantine de ses cheveux, se penche pour saisir une guitare puis, avec de brusques saccades du bassin, gagne l’entrée de l’établissement. Ses chaussures de suède bleue glissent sur le trottoir vert acide. La bouche en coin, il jodle : « Love me tender, love me sweet ! » Une Ami 8 jaune canari pile derrière la Cad’. En jaillit un blond dégingandé. Il tient …continue reading

22 juillet

Jour de canicule. Retranchés derrière leurs murailles, les Biterrois – pour beaucoup d’entre eux des « Purs », des cathares –, guignent par les meurtrières : les croisés, possédés par de noirs démons, sont des dizaines de milliers, là-dehors. L’Armée du Nord a entrepris d’assiéger Béziers. Nul n’est inquiet dans la cité, pourtant. Puissamment fortifiée, elle dispose d’abondantes réserves. Des troupes amies auront le temps d’arriver… Cependant, les croisés ont plus d’un tour dans leur besace. Menés par le légat Arnaud Amaury, trente, cinquante, cent prêtres se groupent devant la porte principale. Leurs incantations papistes montent dans l’air qui tremble …continue reading

26 juin

Trempé de sueur dans son armure trop lourde, Pizzaro risque un œil au-delà du mur. Ce matin, les almagristes sont entrés dans son palais de Cuzco, oui, dans sa ville, qu’il a conquise de haute lutte, d’abord en vainquant Atahualpa, l’empereur inca, puis ce bâtard d’Almagro… un Espagnol ! Pizzaro a certes capturé et mis à mort ce dernier. Mais voilà que le fils et ses hommes viennent venger le père ! Un bruit de pas. Il rejoint l’escadron ami et, sur les talons des soldats qui ne se retournent même pas, gagne au petit trot le flanc ouest du …continue reading

1er juin

Stoïque, rejetant l’Église et la Morale, Marguerite Porrette, entourée de senteurs, Ses cheveux clairs coiffés de lueurs aurorales, Faisait face sans peur au Grand Inquisiteur. Les échos dont baignait la noire cathédrale Paraissaient les lazzis de démons chuchoteurs En répétant les mots de ta voix sépulcrale, Guillaume de Paris, ô vil Torréfacteur. On emmena bientôt sur la place de Grève La béguine abhorrée qui marchait comme en rêve, Âme pure, âme simple – et promise au grilloir. Mais comme on attisait le bûcher, toi, Guillaume, Tu scrutais son visage, humble et pâle miroir, Sachant que reviendrait te hanter son fantôme. …continue reading

7 mai

SERGENT GARCIA : Dis-nous un peu, Bernardo… CAPORAL REYES : Hum. Il est sourd et muet, sergent. Demandez plutôt à Sebastian. SGT G. : C’est ma foi vrai ! Cette chaleur me brouille les idées ! Envoie-moi la boteja, caporal, que je me rince le gosier. (Il lève le coude). Ah, ça fait du bien ! Et donc, soldat Sebastian, tu étais là au moment où la justice a forcé Zorro à boire la ciguë… SEBASTIAN : Oui, sergent. Le gouverneur, le juge Galindo, le capitaine Briones et de nombreux autres hommes auxquels le Renard a tant fait de tort …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com