Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mercredi 14 novembre 2018

2 juin

Il est seul face à ses détracteurs. Il a certes les membres de l’assemblée dans son dos mais personne ne bougera. De plus, seul gentilhomme, il doit faire face aux quatre gentilshommes qui viennent de l’apostropher. Jean de Lusigne se sait en danger. Sans les reconnaître formellement il sait à quoi il a affaire. Des membres de petite noblesse. De l’autre religion. Des gamins avides de reconnaissance, de charges et de terres. Les siennes si l’occasion se présente.
Il doit faire attention à la moindre parole, Garder le contrôle. Les nobliaux ont la main sur leurs rapières. Des lames effilées et acérées, parfaitement maîtrisées par ses adversaires.

La discussion reste courtoise mais les répliques cinglent de plus en plus vite. Ne rien dire. Ne pas céder aux provocations.
On lui parle de foi, de la leur, de la sienne. Il ne peut mentir. Il ne peut renier sa foi. La tension est palpable. Le silence du temple, terrible.
Le plus jeune des quatre catholiques s’avance tout en dégainant partiellement son fer.
— Vous allez devoir nous suivre messire.
— Vous suivre ? Mais enfin… Je proteste !
— Vous protestez ? Parpaillot ! Sus ! Sus !
Les quatre lames s’enfoncent de multiples fois dans le corps du noble. Puis les assassins font mine de pénétrer dans l’enceinte du temple.
Ce n’est pas tant la loi qui les retient que la peur que ce bâtiment soit quand même un peu sacré. Que le Bon Dieu, à l’instar des Grands de ce monde, n’ait pas encore vraiment tranché la question.
Qui sait…

2 juin 1559, Henri II promulgue l’édit d’Ecouen, lequel, entre autre, autorise tout bon sujet à tuer les Protestants qu’il connaît.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com