Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 26 novembre 2020

Content Tagged "Paris"

20 mai

Le 20 mai 1927, Charles Lindbergh flatte les flancs écailleux de sa wyverne. Saint-Louis est une créature magnifique, fruit de la sélection draconienne de centaines de générations de membres de son espèce, sous l’œil froid et clinique des eugénistes américains. Le reptile n’a plus grand chose à voir avec les lourds dragons primitifs qui hantaient la Louisiane et qui ne décollaient qu’en se laissant tomber de falaises depuis longtemps disparues de la région. Il est fin et léger, profilé, a perdu ses deux membres antérieurs, et les muscles de ses ailes sont surdéveloppés. Ses dents ne pourraient plus fendre la …continue reading

12 mai

— Comme vous pouvez le voir, nous sommes ici pendant le règne d’Henri III, souverain de France de 1574 à 1589. En ce 12 mai 1588, la ville de Paris est calme et paisible, malgré des guerres de religion de plus en plus fréquentes – l’une d’entre elles faisant justement rage à l’heure où nous parlons. Petite question historique : combien de guerres de religion y a-t-il eu avant 1588 ? Hanaé a toujours aimé les cours d’histoire. Mais pas pour les blabla rasoirs de son prof, non. Pour les sauts temporels qui allaient avec chaque visite pédagogique. Elle trouvait …continue reading

22 février

Le 22 février 1848, Paris tressaille. Ce sont les premiers actes de résistance contre la Monarchie de Juillet. Cela commence par l’érection des barricades aux portes de la ville pour interdire l’accès de la capitale aux troupes reptiliennes du Grand Dragon Blanc, mais elles sont très vite brisées. Les hommes-lézards, odieuses créatures nées de la magie noire du Tyran, se répandent dans les rues mais sont tant et si bien harcelées qu’elles perdent plus des leurs qu’elles n’attrapent d’insurgés. Ce n’est que lorsque Juillet en personne fait peser son ombre et ses pouvoirs sur les Parisiens que ceux-ci se rendent …continue reading

20 janvier

“À la Saint-Sébastien, l’hiver reprend ou se casse les dents”, nous dit la sagesse populaire. Mais que faire de ce 20 janvier 1910 où la crue de la Seine a officiellement provoqué l’arrêt de la circulation fluviale ? Ni gel, ni froid intense, mais de l’eau et des barques, comme si la capitale essayait de nouveaux habits. Un pourpoint vénitien ? Pas assez de décadence dans les fiers boulevards haussmanniens. Une chemise brugeoise ? Le fleuve s’engouffre dans les égouts et les caves plutôt que dans des canaux. Tout au plus tolérait-il les frêles esquifs depuis lesquels les Parisiens redécouvraient …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com