Une micro nouvelle par jour pendant un an.

dimanche 15 décembre 2019

Content Tagged "Paris"

13 novembre

De la musique, de la joie et des rires. Des balles, de la peur et des cris. Des fleurs, de la tristesse et des larmes. Des mains tendues pour supprimer les armes. Des pays unis pour lutter contre l’ignorance. Des sourires pour effacer la haine. 13 novembre 2015, des attentats ensanglantent Paris.

19 juillet

Pas toujours facile d’être un animal ! Il existe tellement d’espèces ! C’est vrai que la diversité est une richesse et que les différences forment un beau patchwork mais parfois, on aurait juste besoin de retrouver les siens… Pour être juste soi, accepté comme tel, et ne plus avoir à lutter pour sa survie ou expliquer sa différence…. C’est en tous les cas ce que pensait notre petit girafe exilée à Paris. Elle avait beau avoir des amis carnivores ou de petite taille, elle aurait tout donné pour girafe-party ! Un jour où elle parla de son désarroi à son …continue reading

8 mai

Le commandant, les deux mains fermement posées sur le bastingage, réfléchissait à dernière mission. Cette expédition était une parfaite réussite. Une de plus. Les cales regorgeaient d’objets, de plantes et de spécimens qui donneraient aux savants de nombreux jours de travail et occasionneraient nombre de découvertes. Et il y avait ces nouvelles terres… Celle qu’il avait nommée du nom de sa femme par exemple. Contrairement à La Pérouse il ne périrait pas en mer. Ou dévoré par quelques autochtones belliqueux. Il serait reconnu de son vivant. Comme à chaque fois, l’explorateur aspirait désormais à la tranquillité sur la terre ferme. …continue reading

3 mars

C’est avec un soupir que M. Plastron poussa ce matin-là la porte de son bureau du 21ème étage de la tour Consortium, à 9 h 54. Il s’agissait de son quatrième soupir, le premier avait ponctué la fin de son trajet en voiture, aux côtés de l’imperturbable M. Molosse, son garde du corps et de M. Carpette, son chauffeur privé. Le second soupir était adressé à la réceptionniste, une jeune femme à grosse poitrine qu’il ne connaissait pas et qui ne l’avait pas reconnu non plus. Il fallait qu’il donne des consignes à son DRH libidineux pour que ses grues …continue reading

24 novembre

« — Maman, j’ai besoin d’amour ! — Oh, ma petite, qu’est-ce qui t’arrive ? — Je suis triste. Avec Lulu, on s’est disputées. — Oh, ma pauvre ! Je suis sûre que ça va finir par s’arranger ! s’exclama la mère tout en faisant un câlin. — Oui, j’espère ! Mais tu sais quoi, maman ? Ça va déjà mieux grâce à ton amour ! — J’en suis ravie ! — Hum, c’est trop génial l’amour ! Tout le monde devrait pouvoir en avoir… N’importe où, n’importe quand ! Il faudrait créer des endroits où on pourrait aller pour …continue reading

19 septembre

— Commandant ! Désolé de vous déranger, nous avons un petit souci sur Terre. — Vous ne m’apprenez rien, il y a toujours des problèmes avec ces Terriens ! — C’est que c’est encore en Catalogne… — Fait chier ! Elle m’emmerde, la Catalogne ! Notre mission, c’est de conquérir l’Univers ! Qu’on la désintègre une fois pour toutes ! — C’est que… c’est là que se trouve le centre de l’Univers. N’oubliez pas que le plan de conquête de notre Empereur exige que nous commencions par le centre et petit à petit… — Mouais, ben moi, cette politique centriste, …continue reading

5 septembre – Be late for something day

L’immense lapin blanc n’en croyait pas ses yeux. Sa montre à gousset lui jouait-elle des tours ? Il la contempla quelques secondes, sans vraiment réaliser ce qui se passait. Un peu plus loin, Alice l’observait sans comprendre : — Un souci ? demanda-t-elle en s’approchant. Le lapin blanc secoua la tête, faisant bouger ses deux grandes oreilles de droite à gauche. — Non, non… — Alors allons-y. Ne dis-tu pas que tu es toujours en retard ? Comment veux-tu que je coure après toi, si tu restes derrière ? — C’est que… Il secoua sa montre, la porta à son …continue reading

10 juillet

Tout le monde s’affaire. Les femmes dans leurs robes à froufrou, leurs grands chapeaux vissés sur la tête marchent fièrement aux côtés de leurs époux. L’Exposition universelle et les Jeux olympiques d’été approchant, cet événement est plus qu’attendu. Tous se pressent alors près du panneau indiquant la descente vers les entrailles de la Terre. La calligraphie choisie pour l’appellation fait sensation, les badauds s’extasient devant les progrès des transports en commun ! — Quelle évolution ! crie l’un. — Un vrai bonheur pour voyager ! Il leur faudra encore attendre neuf jours pour espérer pouvoir y monter, mais qu’importe, ils …continue reading

27 octobre

Certains petits faits extraordinaires resteraient inaperçus du commun des mortels, si des scientifiques dévoués du Collège futile, tels que Vincent Corlaix ou Olivier Gechter, ne se penchaient sur eux et ne les éclairaient pas avec la puissante lampe torche de la vérité pour la plus grande joie de tous. Pour votre édification, j’ouvre un dossier couvrant plusieurs siècles d’observation de nos prédécesseurs au Collège. Chaque année, la douane volante et Bison futé constatent le 27 octobre une déferlante de touristes français vers la Sarre. Ils se rendent, comme un seul homme, à Sarrelouis. Pris isolément, interrogés selon la méthode allemande …continue reading

31 mai

« En vertu de l’accord qui nous lie avec les cours féériques, représentées par l’ondin Riv ; Et en vertu de l’accord qui nous lie avec les peuples aquatiques de la Seine, représentés ce jour par le Grand Kraken ; En ce jour bénit du 31 mai 1578, nous, reines Catherine de Médicis et Louise de Lorraine, régnant sur les peuples humains des rives du fleuve, nous posons la première pierre du pont nouveau qui libèrera les créatures réduites en esclavage par nos pairs dans le but égoïste de passer le cours d’eau. » 31 mai 1578 : pose de …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com