Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 14 juillet 2020

Content Tagged "Salem"

12 octobre

— Vous y croyez vous ? pérore-t-elle, le regard dans le vide. M’exiler, me traiter comme si j’étais une sorcière qu’il fallait brûler sur la place publique ! Le barman ne l’écoute pas. Elle prend une large gorgée puis claque des doigts pour attirer son attention. — Un autre quart de rouge. — Si, seniora Nadina. Le barman la ressert de sa mixture qui mérite à peine le nom de vin. — J’aurais dû attendre quelques jours. Le 12 octobre, mince alors, quelle date ! Là j’aurais eu des arguments imparables, ils auraient bien été obligés de respecter mon autorité …continue reading

1er mars

Kamaya se pencha vers la pierre ovale, exposée sous verre dans la maison du révérend Samuel Parris. Une lueur pourpre en balayait la surface et le lutin en ressentait toute la puissance. La fée Luyisine papillonnait autour, marmonnant sans trêve depuis de longues minutes. — Ça va ? lui demanda Kamaya, inquiet. Luyisine poursuivit ses chuchotis sans daigner lui répondre et Kayama promena son regard sur le reste de la pièce pour tromper son impatience. À deux pas, un molosse ronflait comme un bienheureux sous l’effet de la magie de Luyisine. Le chant de la fée s’éleva soudain dans la …continue reading

19 août

« 1, 2, 3 nous irons aux bois 4, 5, 6 faire des sacrifices 7, 8, 9 égorger des bœufs 10, 11, 12 et les maudire tous » Comptine enfantine Entendue pour la dernière fois le 19 août 1692, avant qu’une tornade ne balaye la ville de Salem, jusqu’alors située dans le Massachusetts (USA) Le 19 août 1692, un pasteur et quatre autres personnes, accusées de sorcellerie, sont exécutés à Salem.

1er mars

Terrifiées, les fillettes reculent. Le voient-elles aussi ? Le chien, sous l’emprise du Witch Cake, gratte contre la porte du réduit où Il s’est réfugié. — N’aie pas peur, souffle Tituba à travers l’huis. La vieille esclave a l’habitude des fantômes, comme des chenapans. Alors l’esprit du petit maître de la maison, mort l’hiver dernier, ne l’effraie pas. Elle sourit. Un instant, elle a cru que c’était un mal bien pire qui s’était emparé des deux enfants. L’arrivée du révérend Parris efface son beau sourire. — Que se passe-t-il ici ? crache-t-il de son ton sec habituel. Il se précipite …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com