Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 21 novembre 2017

27 février

Il est des feux gourmands qui, allumés par l’homme, se gorgent de puissance et se font voraces, détruisant dans leur fol appétit des bois chenus, des forêts antiques et leurs mystères enfouis. Quel que soit le festin, ils finissent par être vaincus et disparaissent alors complètement, jusqu’à la plus petite flammèche.
Mais il en est aussi de plus sombres qui, une fois créés, ne s’éteignent plus, quoiqu’on fasse, car ils se nourrissent non d’air, de bois ou de chair, mais de misère et de haine. Ils font brûler des pays, des cultures, des peuples même. Ce sont les feux-démons.

Le 27 février 1933, dans les sous-sols de ce majestueux Reichstag où la République avait fait céder le vieil Empire, un feu-démon prit naissance. Il était le plus noir et le plus sombre que nous ayons jamais connu car alimenté par le plus grand des crimes qui fût imaginé. Il ne devait s’éteindre que 12 ans plus tard, avec le suicide, à quelques centaines de mètres de là d’une de ses âmes damnées qui l’avait abrité dans son esprit dément.

Mais certains disent qu’il brûle encore dans le cœur de certains hommes…

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com