Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 24 avril 2018

22 mai

Jaroslaw Dombrowski se pencha sur Seflor. Le représentant du peuple lutin lui apportait de mauvaises nouvelles.
— Les Allemands, au nord, ne s’opposeront pas au passage de vos ennemis versaillais. Vous serez pris à revers et nous ne pouvons intervenir.

— Qu’est-ce qui vous en empêche ?

— Nos maléfiques cousins gnomes tiennent les terres du nord. Ils ne nous laisseront pas agir sur leur territoire. Et il y a autre chose.

Dombrowski se rassit avec lourdeur sur sa chaise, qui craqua d’une façon sinistre.

— Allez-y, achevez-moi.
Le lutin observa d’un air étrange l’ex-officier polonais, désormais général de la Commune. Il ne comprenait que rarement l’humour humain, cette fois ne faisait pas exception. Il reprit, après quelques instants de silence.

— Les Versaillais ont installé leurs armes à tonnerre sur la colline Chaillot et à l’Étoile, et des Grinchs les protègent. Pourtant, seuls les chefs ennemis sont au courant. Leurs soldats ne semblent pas capables de voir leurs sinistres alliés, de la même façon que vos propres compagnons ne croiraient pas en mon existence, même s’ils me regardaient en face.

— De l’artillerie ? Ils vont nous bombarder ?

Le lutin soupira puis s’éloigna, murmurant des mots sans suite jusqu’à ce qu’un portail magique s’ouvre dans le mur auquel il faisait face. Il observa un instant Jaroslaw, mais celui-ci ne tenta pas de le retenir. Puis Seflor s’avança dans le gouffre sombre qui le ramènerait aussitôt sur ses terres.
Resté seul, Jaroslaw secoua la tête. La Commune vivait ses derniers jours, il le sentait. Il décida de jouer son va-tout. Pour faire appel à ses alliés, il s’était fait discret des jours entiers. On le croyait mort. Il chargerait, sabre au clair sur son fier cheval noir, tel un fantôme dément.
Et ses ennemis le craindraient jusqu’à la mort.

22 mai 1871 – La semaine sanglante – la commune

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com