Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 19 octobre 2017

29 février

— Non ! Vous avez trucidé nos copains ! On va pas en plus vous payer à bouffer !
— Allez ! Soyez sympa ! Bon d’accord, certains membres de mon équipage ont fait quelques trous dans vos collègues, mais c’est pas nous ! Nous aussi, ils nous ont trompés ! Ils sont partis avec tout notre manger ! Allez !… S’iou plaît !… On a faim !…
— Eh ben, si t’as faim, mange ton poing !!! Ahahahaha !!! (Humour de sauvage ne craignant pas le vrai Dieu)
— Vous avez tort de ne pas nous porter secours ! Vous savez, mon Dieu à moi, il nous regarde en ce moment. Eh bien je vous le prédis ! Il montrera sa colère cosmique par un phénomène astronomique d’une ampleur phénoménale dans la nuit du 29 février au 1er mars, bande de mécréants même pas civilisés que je suis sûr que vous savez même pas ce que c’est qu’une date ! Il fera disparaître la Lune du ciel ! Et alors là ! Vous allez voir ce que vous allez voir ! Non mais !…
Trois jours de jeûne plus tard, Dieu étant un peu distrait… ou espiègle… oublia que c’était une année bissextile et n’envoya pas l’éclipse de Lune prévue au bon moment. Christophe Colomb mourut ainsi que tous ses hommes.
Aujourd’hui, le chef d’État le plus puissant du monde se nomme « Vieil Ours Borgne Qui Voit Loin Bien Qu’Il N’Ait Qu’Un Œil »…

Le 29 février 1504, Christophe Colomb utilise la prévision d’une éclipse de Lune pour terroriser les indigènes locaux et leur extorquer de la nourriture.

Old Redbone’s Lies


— Qui a mis tous les tampons au 1er mars ? Maintenant tous nos formulaires de livraison sont faux !
Gilles et Nathalie risquèrent un coup d’œil l’un vers l’autre pendant que le chef de service vitupérait contre eux. Lequel oserait dire que c’était sa faute à lui ?
Gilles ne pouvait ignorer le 29 février, puisqu’il s’agissait de son anniversaire.
Et Nathalie non plus, car dès la fin du travail elle rejoindrait une manifestation sur les maladies rares dont c’était, ironiquement, la journée internationale.
Le chef continuait son discours énervé. Gilles et Nathalie finirent par se sourire. Ce sujet ressortait, après tout, qu’une fois tous les quatre ans.

Célia Deiana

 


« Déjà quatre ans ? »
L’horloge divine était affirmative.
À pas lents, la déesse quitta son lit de nuages et rejoignit l’interface divinité/humains. On sentait que les lieux étaient pensés pour faciliter le travail divin, exaucer les désirs des mortels avec diligence et efficacité. De l’optimisation pour dieux sollicités.
Avec un soupir, la déesse se pencha par-dessus le rebord. Quatre humains se tenaient en son temple dans l’attente de l’illumination divine. Elle reconnut deux visages, en découvrit deux nouveaux et déplora l’absence de trois anciens. La mort avait pris son dû.
Un jour, son culte mourrait, oublié de tous. Les autres dieux lui trouveraient une nouvelle journée pour se reconstruire un culte. Le peuple divin peut admettre un faible nombre de fidèles, mais pas leur absence.
D’ici là, la déesse continuerait à profiter de son idée de génie pour alléger sa tâche. Une célébration le 29 février, vraiment, quelle brillante idée.

Élodie Serrano


148ème Exposition des Sciences Alternatives, annonce le panneau à l’entrée. Entre journalistes, on l’appelle le concours Lépine des savants fous.
— Il y a encore une machine à remonter le temps cette année, m’indique mon collègue.
— J’espère qu’elle ne va pas exploser, celle-ci, lui réponds-je avec un sourire en coin.
Debout devant un traîneau de bois et de métal, un homme fin aux tempes grisonnantes présente son mécanisme devant une foule de curieux.
— La prouesse technique de cette machine temporelle, c’est l’utilisation des dates du calendrier Grégorien. Entrez la date de votre choix, ou sélectionnez un nombre précis de jours, mois ou années pour revenir en arrière. Par exemple !
Le savant me désigne et m’invite à monter dans sa machine.
— Cher journaliste, que diriez-vous de remonter exactement un an en arrière, saluer les scientifiques de l’Exposition 2015 ?
Je m’installe sur le traîneau et pose les mains sur le garde-fou. Je déglutis avec peine alors que mon collègue me regarde d’un air moqueur. Le professeur tripatouille boutons et leviers d’un air confiant.

Soudain, une lumière blanche nous aveugle. Lorsque j’ouvre les yeux, un noir absolu nous accueille. Le professeur allume une torche.
— Je ne comprends pas ! Nous aurions dû nous trouver très précisément à la même date, il y a un an !
Pris d’angoisse, je me racle la gorge et hasarde une réponse.
— Mais, professeur, nous sommes le 29 février…

Florie Vignon

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com