Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 23 octobre 2018

24 mai

Le Maréchal président contempla les baquets dans lesquels les aides-cuisiniers avaient accumulé les reliefs du banquet. C’était la première fois qu’il allait passer la nuit dans le palais, juste élu le jour même, il s’était un peu égaré dans les couloirs de l’Elysée, ce qui l’avait conduit aux cuisines, en sous-sol, alors qu’il cherchait où se trouvait sa chambre. Le plat de résistance , qu’il avait choisi pour honorer ses ancètres irlandais, était le canard à l’orange. Un oranger sous le ciel irlandais, certes, jamais on ne le verra, mais le canard se chasse en Irlande, dans le comté de Cork, ou ailleurs, de novembre à la fin janvier, à la passée des migrations, avait-il retenu. Les invités étaient nombreux, avaient apprécié les magrets, les cuisses et les ailes, les cous et les gésiers, brefs, ils n’avaient rien laissé sur les carcasses. « Que d’os, que d’os », murmura le maréchal-président… Puis, amusé par sa remarque, il se fit cette réflexion : « Pas mal, celle-là, je la replacerai ! »

24 mai 1873 (5 prairial, jour du canard, dans le calendrier républicain) : le Maréchal de MacMahon devient le troisième président de la République française (et merci à Bourvil pour la chanson qui fit chanter mon enfance lointaine : « Un oranger sur le sol Irlandais »)

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com