Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 20 juillet 2018

27 mai

Être bourreau n’avait jamais été son rêve. Non, lui se voyait saltimbanque, mettant en scène des pièces, divertissant le public (d’une manière moins sanglante). Alors, quand on lui dit qu’il allait mettre à mort le régicide, il décida de laisser s’exprimer son âme d’artiste.
— Ecoute, c’est simple, quand on te frappera tu devras hurler. Toujours plus fort, de préférence.
— Sale f…
— Non, garde ta salive et tes insultes pour toute à l’heure.
— Et surtout, pour l’acte final, n’oublie pas d’hurler comme un diable. On ne pourra pas recommencer, on n’a le droit qu’à une seule tentative…
Après le supplice de la roue, on amena la vedette du spectacle pour que débute l’acte final. On lui attacha chaque membre à un cheval.
— Bon, t’as pas oublié ton texte j’espère !
— Mon texte ? Mais te fous pas de moi sale…
— Non ! Ton texte, c’est « AH »
— « AH ? »
C’est à ce moment que l’on fouetta les chevaux qui s’élancèrent au galop, dans des directions différentes.
— AAAAAAAAAAAaaaaaaahhhhhhhh !!!!!
Dommage qu’on ne puisse pas recommencer, se dit le bourreau. Il était plutôt doué…

27 mai 1610 : exécution de Ravaillac

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com