Une micro nouvelle par jour pendant un an.

samedi 06 juin 2020

Content Tagged "sorcières"

1er mars

Kamaya se pencha vers la pierre ovale, exposée sous verre dans la maison du révérend Samuel Parris. Une lueur pourpre en balayait la surface et le lutin en ressentait toute la puissance. La fée Luyisine papillonnait autour, marmonnant sans trêve depuis de longues minutes. — Ça va ? lui demanda Kamaya, inquiet. Luyisine poursuivit ses chuchotis sans daigner lui répondre et Kayama promena son regard sur le reste de la pièce pour tromper son impatience. À deux pas, un molosse ronflait comme un bienheureux sous l’effet de la magie de Luyisine. Le chant de la fée s’éleva soudain dans la …continue reading

19 décembre

Samantha regarde l’heure : son Jean-Pierre va arriver dans quelques minutes, fatigué de sa journée au bureau, le pauvre chéri. D’un doigt, elle refait son chignon – parfait – tandis que de l’autre main elle désigne la table vide tout en remuant le nez : et hop ! Le repas est prêt ! Jaillissent alors, depuis une corne d’abondance miraculeusement apparue, olives, branches d’olivier, amphores d’huile d’olive, tapenade… « Ah zut ! grogne-t-elle en regardant les victuailles. J’ai encore oublié de regarder l’éphéméride ! » 19 décembre : jour de l’olive ; fête d’Ops, déesse de l’abondance ; jour de …continue reading

29 octobre

Sur la place, le silence bourdonne encore aux oreilles de la foule. La sentence est tombée, le bûcher encore vide n’attend que sa victime. Tout Paris retient son souffle. Le clergé se signe à intervalle régulier, tandis que les manants frottent porte-chance et signes plus ou moins religieux. L’annonce a ébranlé la cité, certains n’arrivent toujours pas à y croire. Une sorcière ! Une vraie sorcière, sortie tout droit des contes pour enfants, a été démasquée et jugée. Des pas retentissent sur la place, puis chacun ne tarde pas à voir apparaître sur l’estrade le bourreau et sa captive. La …continue reading

30 avril – Nuit du Walpurgis

— Paul, c’est l’heure. Nous allons être en retard. — J’ai presque terminé. La plume griffa le papier une dernière fois. D’un doigt, Paul étala une éclaboussure égarée. Une main sur son épaule, Arthur parcourut les quelques vers familiers. — Encore ce poème. — J’aime à le recopier, parfois. — Les gens vont finir par comprendre ce que nous sommes. — Idiot. Plus personne ne croit aux sorciers… « Nuit du Walpurgis classique » de Paul Verlaine (Poèmes saturniens,1866) (30 Avril – Nuit de Walpurgis, la « Nuit des Sorcières ») Céline Etcheberry « À Göttingen, à Göttingen !… — …continue reading

1er mars

Terrifiées, les fillettes reculent. Le voient-elles aussi ? Le chien, sous l’emprise du Witch Cake, gratte contre la porte du réduit où Il s’est réfugié. — N’aie pas peur, souffle Tituba à travers l’huis. La vieille esclave a l’habitude des fantômes, comme des chenapans. Alors l’esprit du petit maître de la maison, mort l’hiver dernier, ne l’effraie pas. Elle sourit. Un instant, elle a cru que c’était un mal bien pire qui s’était emparé des deux enfants. L’arrivée du révérend Parris efface son beau sourire. — Que se passe-t-il ici ? crache-t-il de son ton sec habituel. Il se précipite …continue reading

7 février

Entre les larmes, dues aux douleurs de l’enfantement, Agnès aperçoit les silhouettes troubles des trois jeunes femmes que son époux a dépêchées auprès d’elle. La chambre, plongée dans l’intimité par d’épais rideaux, résonne soudain du cri d’un nouveau-né. Le cordon tranché, le petit corps est emporté de l’autre côté de la pièce, vers une bassine de cuivre. Angoissée, Agnès s’appuie sur un coude, mais la fatigue l’oblige à s’étendre de nouveau. Les trois femmes entourent le nourrisson, murmurant comme des sorcières des mots qu’Agnès n’entend pas. — Il sera respecté…, dit la première. — … et côtoiera les plus grands, …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com