Une micro nouvelle par jour pendant un an.

dimanche 07 mars 2021

18 octobre

— Et tu n’a rien trouvé de plus discret ? Sérieusement, des placards accrochés aux murs, c’est ça, ton idée du siècle ?
Stéfan n’en croyait pas ses yeux. Gary eut le bon goût d’afficher un air embarrassé, mais il tenta quand même de se défendre :
— OK, c’est clair que c’est voyant, là. Mais tu sais ce qu’on dit : « plus c’est gros, plus ça passe ».
Et en effet, c’était gros : pendant la nuit du 16 au 17 octobre, Gary avait accroché aux murs de Paris près d’une centaine de placards en bois, hauts d’un mètre et large de deux. Ils étaient idéalement dimensionnés pour qu’un nain de bonne taille puisse en franchir les portes sans encombre. Et, bien sûr, ils étaient tous reliés les uns aux autres via l’éther. En soit, c’était une bonne idée, mais…
— Tu déconnes, Gary. Tu fais du surménage, ou quoi ? Tu devrais te reposer un peu, faire une pause.
— C’était ton idée, les placards, je m’en souviens parfaitement !
— Mais noooooon ! Je t’ai dit que d’après nos devins, les humains s’apprêtaient à « placarder » des affiches injurieuses un peu partout dans Paris et dans d’autres villes. Tu sais mieux que moi que les mauvais sentiments génèrent de forts courants d’éther. J’ai donc suggéré d’utiliser ces « placards » pour créer un réseau de téléportation fonctionnant précisément à l’éther ! Tu n’as plus qu’à tout refaire, maintenant. Et dépêche-toi, c’est la nuit du 17 au 18 octobre que ça se passe ! Il ne s’agirait pas de louper le coche, mon vieux…

18 octobre 1534 – début de l’affaire des placards,polémique que provoqua le placardage clandestin d’un texte antipapiste sur les lieux publics à Paris et dans plusieurs villes de province. Elle provoqua la fin de la politique de conciliation menée par le roi François Ier en faveur des luthériens.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com