Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 24 novembre 2017

25 octobre

— Une feuille de brouillon, vite !
— Non.
Interdit, le scientifique fixe son assistant.
— Comment ça, non ?
— Journée sans papier, pas de feuille de brouillon.
Le scientifique fulmine, ronchonne et surgit hors du laboratoire à grands coups de talons. Le temps qu’il atteigne son ordinateur, l’illumination a fui son esprit. Autant pour l’invention de la téléportation.

Elodie Serrano

25 octobre 1555 : Charles Quint, épuisé d’appeler ses serviteurs pour être dépanné du papier dont il manquait, terrassé par une courante mutée en galopante, se décide à laisser le trône, sale et honteux.

Anthony Boulanger

Aujourd’hui devait être une journée comme les autres pour Bill. Comme tous les mois, c’est sa journée de voyage : timbré, il monte en voiture et rejoint le domicile de son client. Mais point de voyage enveloppé pour Bill ce matin. Propulsé à la vitesse de la lumière, il ferme les yeux, angoissé. Où va-t-il se retrouver ?

Soudain, l’air se fait léger autour de lui. Une douce brise caresse son visage. Bill ouvre les yeux : il flotte dans l’air léger d’une belle journée. Autour de lui se forment des moutons de nuages blancs.

— Bienvenue dans les nuages, Bill. Mettez-vous à l’aise, vous êtes maintenant chez vous.

Bill remarqua alors des volées d’anciens amis virevoltant dans l’ouate vaporeuse. Toute appréhension le quitta alors. Ravi, Bill étendit ses feuilles et se lança à leur suite.

Florie Vignon

C’était la journée mondiale sans papier. L’homme regarda d’un air las le monceau de publicités et papiers sans intérêt qu’avait encore vomi la boite aux lettres, ce matin. Il avait précisément attendu ce jour-là pour essayer sa machine à voyager dans le temps. Exécuter Gutemberg fut l’affaire d’un instant, mais il prit encore un mois pour s’assurer que les autres presses eurent toutes brûlé et que leurs propriétaires aient bien été exécutés, avant de revenir au moment même où il était parti. Il regarda vers la boite aux lettres : celle-ci était vide ! Eperdu de joie, il se jeta à plat ventre pour vénérer la divinité qui lui avait permis ainsi de délivrer l’humanité, et embrassa le sol, juste là où, auparavant, s’empilaient enveloppes et dépliants. C’est à ce moment que le facteur déversa dans la fente son lot quotidien de plaques de marbre gravées. L’homme mourut heureux, dans l’éboulement de son courrier.

Pierre Gévart

Sans papier…
Une angoissante confusion m’étreint, pour ne pas dire qu’un affreux doute m’habite : s’agit-il de ne pas utiliser de papier ce jour ou bien faut-il s’élever courageusement contre les sans papier ? A moins qu’il ne faille s’opposer, justement, au fait qu’ils n’en aient pas ?
Mon premier semble en totale opposition avec mon dernier, et ma logique naturelle (oui, chez moi, c’est naturel) m’intime donc d’éliminer l’un ou l’autre… C’est affreux…
Alors sans ou avec ? Ma fibre écologique, tendue comme un string résonnant à 220 Hertz (oui, mon string donne le La) militerait pour celui-ci mais le peu qu’il me reste de morale humaniste (je n’ai plus trop de place pour elle… à cause de la logique…) me conduirait plutôt à privilégier celui-là. Misère…
C’est trop horrible ! Je ne parviens à trancher !
L’amère perplexité me vrille les entrailles.
Désolé les enfants mais il faut que j’y aille…
Bon sang ! Mais c’est bien sûr !
Ce sera donc avec !

Old Redbone’s Lies

Cela faisait déjà 5 ans que Jane avait quitté la ville pour vivre avec Tarzan. Depuis son arrivée dans la jungle, bien des choses avaient changé dans la cabane du roi de la jungle. Entre les coussins, les plats, les couverts et les vêtements pour se protéger de la pluie (dans la mesure du possible), il fallait bien reconnaître que la vie était plus confortable. Mais le confort ultime, la chose qui avait bouleversé la vie de tous, y compris Cheetah qui prenait un malin plaisir à décorer les arbres avec, était le papier toilette.
Tarzan avait d’abord rechigné, mais une fois essayé, le Moltonel épaisseur triple était devenu indispensable.

— Tarzan, tu y arrives oui ? Je t’avais bien dit de ne pas te goinfrer de termites. Ce n’est pas parce que Cheetah en mange à s’en faire péter la paillasse que tu dois en faire autant.
— Oui, chérie. C’est bon. J’ai bientôt terminé. Je n’ai plus qu’à prendre mon…
Se retournant, il aperçut la tablette où était habituellement posé le Moltonel. Mais ce ne fut pas son précieux triple épaisseur qu’il vit. A la place se trouver une triple épaisseur de…feuilles de bananier.
— Jaaaaaaaaaane !!!! Qu’est-ce que ça signifie ??
— Mon bien-aimé roi de la jungle, aujourd’hui, tu devras faire à l’ancienne.
— Pourquoi ? Qu’ai-je fait pour mériter ça ?
— A part manger trop de termites ? Rien si ce n’est qu’aujourd’hui, c’est la journée sans papier…
— Et merde !

Gédéon

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com