Une micro nouvelle par jour pendant un an.

mardi 10 décembre 2019

Content Tagged "lutins"

21 mars

Glinkzi fit pivoter son nez pour sentir le lieu où il devait se rendre. La téléportation olfactive, c’était son truc. Mais cette fois-ci, ce n’était pas pour faire un tour pendable à un humain qu’il usait de son pouvoir. L’heure était grave : les Autrichiens se dirigeaient droit vers Paris. — En quoi cela nous regarde-t-il ? avait demandé Glinkzi, étonné. — L’armée du prince de Schwarzenberg entraîne dans son sillage une cohorte de Gremlins, avait répondu le doyen. Ils viennent libérer leur Roi, capturé lors de la grande campagne de l’été dernier, que nous avons enfermé dans les catacombes. …continue reading

12 décembre

Ce fut ce jour-là que commença la grande crise des lutins volants messagers. Jusque-là, travaillant pratiquement tous pour une des trois grandes compagnies mondiales de transport de dépêches, la « Bouchàoreille Ltd », la « Cie Gale des ragots et rumeurs » ou la « Jamahiriya du téléphone oriental », ceux-ci avaient pu se développer et prospérer en en tirant les moyens de nourrir leur nombreuse famille. Depuis quelque temps, ils avaient même conclu des accords avec les aviateurs, des humains qui acceptaient de vivre leurs rêves, pour se déplacer encore plus vite. Mais quand Marconi lança son stupide message …continue reading

9 novembre

« On doit arrêter ces humains fous ! Ils vont s’entre-tuer, ils vont nous accuser, ils… » hurlait un kobold. — Cela ne nous concerne plus, lui répondit une fée, visiblement en colère. Ils ont choisi de nous oublier. Qu’ils se débrouillent sans nous. — Mais enfin ! Certains croient encore en nous ! Certains nous voient ! D’autres nous imaginent ! On ne peut pas… tenta un elfe. — J’avoue que j’en ai un peu marre de morfler pour toutes leurs bêtises, conclut un lutin. Le jardin abîmé ? C’est la faute aux lutins ! Le chat énervé ? …continue reading

14 août

— Dona Brites, j’ai besoin de votre aide. — Sa Majesté daigne à me rendre visite. Je croyais pourtant que vous méprisiez les sorciers. — Écoutez, nous ne sommes que 5000. Face à ces 40 000 Castillans, nous allons nous faire massacrer. Je ne vous ai certes pas traitée avec le respect qui vous était dû, mais je ne vous ai en aucun cas persécutée. Vous ne pourrez pas en dire autant des Castillans. — C’est vrai que ces bigots seraient bien capables de nous envoyer au bûcher. — Je vous en conjure, aidez-moi à préserver l’indépendance du Portugal. Je …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com