Une micro nouvelle par jour pendant un an.

jeudi 27 juin 2019

11 – Journée de la plomberie

Dans le cadre des festivités organisées pour la journée mondiale de la Plomberie, les organisateurs tiennent à rappeler quelques points concernant la sécurité des visiteurs :

  • Les métaRats Monsanto sont interdits en surface, même en cage.
  • La présentation de trolls cavernicoles assermentés par les égoutiers de Paris est tolérée à concurrence de groupes de trois individus maximum.
  • Les cours d’initiation à la plomberie spatiale se déroulent par groupes de cinq personnes par session. Les départs se font depuis la base de Kourou les jours pairs et du cosmodrome de Baïkonour les jours impairs.
  • Lors des visites in situ, toute anomalie (blob, dalek, rankor, etc…) doit être immédiatement signalée aux autorités.

Vincent Corlaix


— Il est beau, mon plombier, il est beau ! s’écriaient les vendeurs haranguant le chaland.

— Rappelle-moi ce qu’on fait ici, Héklar ? interrogea Chouinpch en ramenant sur lui ses tentacules pour éviter de toucher par inadvertance l’un des humains entreposés autour de lui.

— Ma sœur, qui vit sur Terre, a besoin d’un plombier et ils se font rares ces temps-ci, près de chez elle. Ah, en voilà un qui me semble convenir, déclara Héklar en s’arrêtant soudain.

Il avait trouvé ce qu’il cherchait : un gaillard viril, au physique avenant. Ses outils, rangés à ses pieds, rutilaient.
— Je le prends, indiqua Héklar au marchand qui s’approchait déjà. Puis, en désignant le voisin de celui qu’il venait d’acheter : pourquoi celui-ci a-t-il quatre bras ?

— Oh, un simple problème d’aiguillage, toutes mes excuses, cher client, expliqua le marchand d’un air penaud.

— Je le prends aussi, avec les 20 % de réduction réglementaires prévus par l’article 9.1 du code du commerce international traitant de ce genre d’erreur manifeste et grossière. Il y a tromperie sur la marchandise. Vous livrerez l’humain sur Terre et l’autre, sur Vénus, aux adresses indiquées ici, continua Héklar en tendant une carte de visite plastifiée au marchand. Et ne vous plantez pas, surtout !

— Tu vois, Chouinpch, déclara alors Héklar en se tournant vers son ami. La dernière fois que j’ai acheté deux races différentes, le gars s’est gouré et a envoyé un triton humanoïde sur Terre. J’ai eu beaucoup de mal à me débarrasser d’un enquêteur du FBI. Un certain Fox Mulder. Celui-là a intérêt à ne pas faire d’erreur, ou bien ça risque de lui coûter très cher !

Puis, avec le sentiment du travail bien fait, ils quittèrent tous deux les halles de Saturne pour regagner leur vaisseau.

Pascal Bléval


Mario le petit plombier et son cousin Luigi ont décidé de se reconvertir dans un secteur d’avenir : le nucléaire. Tout joyeux de leur nouvelle vie au Japon, ils travaillent et se déplacent dans l’usine en sautant d’une cheminée à l’autre.
« Oh, tu sais quel jour on est ? demande Luigi.

— Ben… le 11 mars !

— Et qu’est-ce qu’on fête, le 11 mars ?

— Ah, mais oui ! C’était notre fête, celle de la plomberie ! Bonne fête, Luigi !

— Bonne fête, Mario ! »

Et pour célébrer ça, ils débouchent une bonne bouteille de jus de mandragore rapporté de leur Italie natale. Hélas, la mandragore a trop fermenté : le jus, trop remué lors du voyage en avion, s’échappe par le goulot en une gerbe vert fluorescent qui éclabousse la centrale et atterrit dans la mer, où la puissance magique de la plante provoque un tremblement de terre… avec les suites que l’on connaît.
L’histoire ne raconte pas si Mario et Luigi ont réussi à utiliser un champignon pour s’échapper.

11 mars : jour de la mandragore dans le calendrier révolutionnaire / journée de la plomberie
11 mars 2011 : tsunami sur les côtes japonaises, qui provoque un accident nucléaire à la centrale de Fukushima

Sandrine Scardigli


En cette journée d’hiver moribond, le jeune Douglas Adams fêtait son 20ème anniversaire, et il est heureux qu’il fût un peu constipé ce jour-là car une énorme plante carnivore sortait de ses toilettes et claquait des mâchoires dans sa direction. Après avoir accompli sa miction matinale dans l’évier de la cuisine, le frais vingtenaire chercha l’adresse d’un plombier-horticulteur dans les Pages Jaunes. Son attention se reporta sur le numéro de deux ouvriers italiens qui sonnèrent chez lui dès qu’il eut raccroché son téléphone.
— Buongiorno, signore, Mario et Luigi à votre service. Où sont les cagouinces ?

Le jeune homme leur désigna la salle de bain, impressionné par la touffeur de leur moustache transalpine.
— Ah, je vois ! Encore des tuyaux engorgés de fumier humain qui ont été mal nettoyés ! Auriez-vous une serviette ?

Douglas leur tendit une grande serviette de bain rouge avec marquée dessus « Keep Calm, don’t Panic ». Les deux plombiers en recouvrirent la plante carnivore qui s’agita en tous sens en tortillant sa tige robuste, aveuglée et paniquée. Elle fut décapitée d’un habile coup de sécateur.
— Et n’oubliez pas mon garçon, une serviette peut toujours vous sortir des pires situations.

Maintenant, nous allons explorer votre tuyauterie. Interdiction de vous servir des toilettes pendant ce temps.
Les deux Italiens disparurent dans le conduit. Au bout de deux heures, ne voyant rien revenir, Douglas alla jeter les restes de la plante morte et, comme c’était son anniversaire, fit la tournée des pubs, sa serviette de bain sous le bras.
Les plombiers Mario et Luigi ne revinrent jamais de leur mission d’exploration.

11 Mars, journée mondiale de la plomberie et anniversaire de Douglas Adams.

Nelly Chadour


Comme chaque soir depuis des années, une fois terminée sa journée de travail puis son repas expédié, Gepetto se replongeait dans son œuvre. Il récupérait tout ce qu’il pouvait : des chutes de ses chantiers, des rebuts provenant de la décharge et les plus beaux morceaux carrément volés. Il travaillait chaque soir jusqu’à ce que la fatigue lui troublât la vue et l’obligeât à se coucher. Mais ce soir, il savait que ça n’arriverait pas. Une dernière soudure à l’arc et il souleva son masque de protection pour examiner son œuvre. Il contempla ce magnifique pantin, fait d’un assemblage de tubes et plaques de métal rutilants.
— Mon petit, murmura-t-il d’une voix chevrotante.

La solitude que son travail lui avait fait oublier se rappela à lui. Il se traîna alors jusqu’ à son lit sur lequel il s’effondra sans même prendre la peine de se dévêtir.

C’est alors qu’un trait de lumière pénétra dans l’atelier et se transforma une superbe créature : une fée !
Elle regarda attendrie par la porte de l’atelier le vieux plombier endormi puis sortit sa baguette qu’elle maniait avec grâce. Un halo de lumière entoura le pantin.
Des grincements métalliques se firent entendre tandis que le jouet commençait à s’animer.
— Comment t’appelles-tu ?

— Heu… Rocco !

Le pantin examina ses membres un à un tout en les faisant bouger puis regardant vers le bas il se mit à pleurnicher.
— Mais… j’ai un tout petit robinet !

La fée ressortit alors sa baguette, l’agita et le pantin de métal se retrouva transformé en beau jeune homme. Rocco pencha la tête et dit en geignant :
— Mais, il est toujours petit !

— Chut ! Rocco… Ne réveille pas ton… « père », chuchota-t-elle.

Puis elle se rapprocha de lui et lui susurra à l’oreille d’un air gourmand
— Maintenant tu vas me raconter un mensonge, Rocco. Un gros !

Père Désœuvré


Le 11 mars 1578, Nicolò da Ponte est élu doge de Venise. Pour protester contre cette élection, le syndicat des plombiers locaux mené par les frères Mario et Luigi décide de se mettre en grève. Celle-ci n’est toujours pas levée aujourd’hui, et les problèmes de canalisation se sont répandus depuis des siècles jusqu’à contaminer les rues.

Anthony Boulanger


Les habitants de la planète Supermario débarquèrent sans rien dire le 11 mars 2114 dans le Pacifique sud. Aussitôt, sans un regard aux vahinés que leurs moustaches et leurs petites salopettes ne laissaient pas indifférentes, ils se mirent à assembler leur foutue tuyauterie, montant toujours plus haut, sans que l’assemblée générale de l’ONU, qui voulait leur faire une réception officielle, réussisse à comprendre de quoi il retournait. Ce n’est que quand leur pipe-line eut rejoint le sol lunaire, qu’ils eurent amorcé la pompe et ouvert le robinet qu’on comprit enfin. Désormais, les mers lunaires sont vraiment des mers, où pataugent les bébés supermarios, et les hommes survivants en sont réduits à chercher ombre et humidité dans le canyon des Mariannes…

Pierre Gévart


La Troisième Guerre mondiale avait laissé la Terre dévastée. L’atome n’était pas resté atone. Les quelques survivants se réfugièrent dans un abri souterrain. Rapidement, leurs conditions de vie se dégradèrent par manque d’hygiène.
Quand le vidéophone sonna, la terreur s’empara d’eux. L’écran ne montrait qu’imparfaitement les traits d’un homme ne portant pas de combinaison.
— Laissez-moi entrer !

— Qui c’est ?

— C’est l’plombier !

À l’unanimité, ils décidèrent de ne pas lui ouvrir. En haut, l’homme hurlait « C’est l’plombier ! L’plombier !! L’plombier !!! GRAARGW !!!! » tout en s’arrachant un bras pour taper la porte qui peu à peu se couvrait de sang.
Douche froide dans l’abri… la première depuis longtemps.

Ludovic Arfi

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com