Une micro nouvelle par jour pendant un an.

vendredi 25 mai 2018

Archives mensuelles : juin 2015

20 juin

20 juin — Beware of what you wish for, because you just might get it… Jean-Sylvain Bailly s’avança, seul face à l’assemblée de ses pairs, députés du royaume de France. La salle du Jeu de Paume de Versailles était comble et la tension palpable. Les membres de l’assemblée écoutèrent le début du discours vibrant de patriotisme de Jean-Sylvain Bailly, jusqu’à ce qu’il leur enjoigne « de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigent ». Il fut pourtant coupé dans son élan par un pet sonore, en provenance des plus hautes fenêtres, proches du plafond …continue reading

19 juin

Madrid, 18 juin 2014 Felipe entra dans le bureau du Roi. « Sire, vous savez tout le respect que j’ai pour vous. Même en tant que monarque, je vous considère comme un membre de ma famille. Je vois en vous l’image… — D’un père, peut-être. — Non pas aussi proche. Mais je vois en vous une image paternelle, protectrice, qui veut me préparer à mon futur rôle, comme son fils. — Comme un père, donc. — Enfin, là n’est pas la question. Mais j’en ai une à vous poser. — Très bien mon fils. Je t’écoute. — Vous régnez depuis …continue reading

18 juin

— Tu savais que la chanteuse Joan Baez est née quasiment neuf mois après l´appel du 18 juin 1940 du général de Gaule ? — Et alors, tu penses que ses parents ont entendu la radio et que ça les a motivés ? — C’est sûr, il faut bien de Gaule pour faire une bonne Baez… 18 juin 1940 : Appel du général de Gaulle

17 juin

« Eh oh !!! … — OH ! OH EH !! … — OH OH !! OH EH ! OH !!! … — OH E… — Mais c’est quoi ce con qui crie ? Eh, pourquoi tu cries ? — Ben, c’est le jour de l’appel, non ? — T’es trop débile, toi… on est le 17, l’appel, c’est demain. » 17 juin : veille du 18…

16 juin

« C’est formidable, camarades, si je place le récipient parabolique devant le hublot, et que je lève le rideau de protection, les rayons cosmiques se condensent au foyer et je peux mesurer une température de plus de 180°C ! — Expérience intéressante mais pas révolutionnaire, camarade… Poursuivez s’il vous plaît. — Par exemple, en plaçant du sucre au point focal, je peux le faire brunir en très peu de temps.» Bien qu’entrecoupée de grésillements, l’enthousiasme de la voix du cosmonaute résonne dans le centre de contrôle. Mais les interlocuteurs ne semblent pas émerveillés. Dans un soupir, une blouse blanche propose …continue reading

15 juin

— Aujourd’hui, j’ai observé la Terre. J’ai vu deux Terriens traverser ce qu’ils appellent l’océan Atlantique en volant. Le professeur repose la copie sur son bureau et regarde son élève en soupirant. — J’avais demandé une page d’observations scientifiques sur la planète primitive de votre choix. Qu’est-ce que c’est que ça ? — C’est ce que j’ai vu, répond l’élève sans oser lever les yeux de son pupitre. Nouveau soupir. — Depuis quand les Terriens volent-ils ? — Mais je les ai vus ! Tout en se levant, le professeur déchire la copie. — C’est encore un zéro pointé pour …continue reading

14 juin

Il laissait derrière lui son appartement vide et silencieux. Une lettre trônait en évidence dans l’entrée : Maman, Papa, Il n’y a pas de place pour moi dans ce monde gris. Je ne peux pas continuer ainsi. Je ne veux plus me cacher, ni me battre pour exister. Je suis ce que je suis ! Si ce monde ne peut pas m’accepter, je dois le quitter. Ne vous inquiétez pas pour moi : je pars pour un monde meilleur, un monde plein de couleurs. Je vous aime. Je vous écrirai dès mon arrivée. Le 14 juin 2004 : le Royaume …continue reading

13 juin

Elle traversa le jardin d’un pas assuré. Les trappes dans le gazon, qui libéraient normalement des bulles de savon, firent apparaître des canons de fusils. Elle esquiva les balles sans ralentir. Un automate armé d’un hachoir surgit, elle le démonta en une explosion de rouages et de boulots. Puis, d’une simple pression, elle arracha la porte de ses gonds. Elle s’enfonça dans la maison et s’arrêta sur le seuil de la chambre. Le moribond l’attendait dans son lit. Seule sa tête blafarde dépassait des draps. Elle observa la pièce, nota une série de petits détails qui trahissaient l’artifice. La température, …continue reading

12 juin

« Faut que je te le répète ? À genoux, salope ! » Linda ne veut pas. Mais elle voit son mari, ombre sinistre debout derrière le chef opé. Il a ce regard. Elle le sait, si elle n’obéit pas, il la cognera ce soir, quand ils regagneront le domicile conjugal. Le plus fort possible, là où ça ne se remarquera pas. Ça lui demandera du doigté, d’ailleurs : quand la caméra tourne, elle ne porte rien qui puisse dissimuler les plaies, les ecchymoses. Alors elle s’exécute. Elle avale le sexe de son partenaire, elle s’étrangle, elle s’étouffe. Être ailleurs. …continue reading

11 juin

— Jacquyyyyyyy ! Jacquyyyyyy ! Le petit garçon soupire. — Il faut vraiment que j’y aille, dit-il à la jolie rouquine avec qui il a nagé tout l’été dans les rochers des calanques. — Tu vas me manquer ! C’est bien dommage que je ne puisse pas venir te voir, ni t’inviter dans ma maison ! — Je reviens te voir l’an prochain, sûr de sûr. — Attends ! Prends le bonnet rouge que j’ai trouvé ce matin, en souvenir ! Il te portera bonheur ! — Merci ! Je ne sais pas si un jour je pourrais te présenter …continue reading

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com